5 films avec Gaspard Ulliel, à voir ou à revoir

Un poilu dans "Un long dimanche de fiançailles", Yves Saint Laurent dans le biopic éponyme, et même Hannibal Lecter… Cinq rôles qui ont marqué la carrière de l’acteur français, décédé mercredi suite à un accident de ski.

Gaspard Ulliel décès ski cinéma France acteur films série
Gaspard Ulliel est décédé mercredi, à 37 ans @BELGAIMAGE

Physique de mannequin, gueule d’ange et voix grave : il était l’un des visages marquants du cinéma français. Gaspard Ulliel, 37 ans, est décédé mercredi. L’acteur avait été hospitalisé mardi en urgence pour un traumatisme crânien, après un accident de ski à La Rosière (Savoie). Il a fini par succomber à ses blessures. "Gaspard Ulliel a grandi avec le cinéma et le cinéma a grandi avec lui, a salué le Premier ministre français Jean Castex sur Twitter. Ils s’aimaient éperdument. C’est le coeur serré que nous reverrons désormais ses plus belles interprétations et croiserons ce certain regard. Nous perdons un acteur français ".

Capable de jouer aussi bien les premiers de la classe (on se souvient de sa pub pour le parfum Bleu, de Channel) que les " bad boys ", Gaspard Ulliel s’est fait connaître dans Les Egarés d’André Téchiné (2003), dans lequel il partage l’écran avec Emmanuelle Béart. Retour sur sa carrière en cinq films.

" Un long dimanche de fiançailles " (2004)

Dans le film de Jean-Pierre Jeunet, Gaspard Ulliel incarne un soldat de la Première Guerre mondiale dont la fiancée (Audrey Tautou) refuse de croire qu’il est tombé au front et qui est prête à tout pour le retrouver. Pour cette interprétation, Gaspard Ulliel reçoit en 2005 le César du meilleur espoir.

" Hannibal Lecter : les origines du mal " (2007)

Comment imaginer qu’un homme au visage si innocent finisse par devenir Hannibal le cannibale ? Pour son premier rôle à Hollywood, Gaspard Ulliel enfile le costume du jeune docteur Lecter. Si le succès n’est pas à la hauteur de celui du Silence des Agneaux, le film lui permet de se faire connaitre en Amérique.

En mars 2022, il sera d’ailleurs à l’affiche de la série Marvel Moon Knight, dans ce qui sera sa dernière apparition à l’écran.

" La princesse de Montpensier " (2010)

L’acteur est dirigé par le grand réalisateur Bertrand Tavernier, pour l’adaptation de la nouvelle éponyme écrite par Madame de La Fayette. On suit les amours contrariés de Henri de Guise (Gaspard Ulliel) et de Mlle de Mézière (Mélanie Thierry), contrainte d’épouser le prince de Montpensier.

" Saint Laurent " (2014)

Ses deux parents étaient stylistes. Qui de mieux que Gaspard Ulliel pour camper Yves Saint Laurent, dans le biopic que lui consacre Bertrand Bonello en 2014 ? Malgré une performance remarquée, il rate le César du meilleur acteur, qui échouera à Pierre Niney pour le même rôle, dans un deuxième biopic consacré à Saint Laurent, la même année.

Il devait retrouver Bertrand Bonello pour La Bête, une romance futuriste avec Léa Seydoux, encore au stade de la préproduction.

" Juste la fin du monde " (2016)

C’est le film de la consécration. Après Téchiné, Bonello ou Tavernier, Gaspard Ulliel travaille avec un autre grand nom du cinéma contemporain : Xavier Dolan. Le Canadien lui confie le rôle principal de son film.

Dans ce huis clos familial, Ulliel retrouve sa famille après 12 ans d’absence, pour leur faire une grande annonce… César du meilleur acteur pour Ulliel en 2017, et Grand prix à Cannes en 2016 pour le film.

Sur le même sujet
Plus d'actualité