Sorties cinéma: Scream, retour aux sources

Le nouveau volet de la saga Scream, le premier sans Wes Craven derrière la caméra, est une belle surprise.

Scream 5
Jenna Ortega dans Scream 5. © Paramount Pictures

Onze ans après le quatrième volet, Ghostface est de retour. Mais pour les fans, les raisons de s’inquiéter sont nombreuses. Si la franchise tient plus ou moins la route au fil des épisodes, grâce à son univers méta qui permet plus de folie, ce Scream (5), qui avance masqué (sans mauvais jeu de mots), est particulier.

Premièrement, il s’agit du premier épisode sans Wes Craven derrière la caméra. Le maître de l’horreur étant décédé en 2015, c’est désormais un duo, Matt Bettinelli-Olpin et Tyler Gillett, qui a la lourde tâche de faire revivre la franchise. Deuxièmement, Kevin Williamson et Ehren Kruger ne signent pas le scénario, eux qui connaissaient les personnages et l’univers sur le bout des doigts. Cette fois, place à James Vanderbilt (scénariste de Zodiac, excusez du peu) et Guy Busick, qui doivent à la fois satisfaire les fans et attirer un nouveau public.

Enfin, si le casting d’origine (Neve Campbell, Courteney Cox et David Arquette) est bien présent, il est en retrait pour laisser la place à une nouvelle génération. Mais, à notre grande surprise, ce qui aurait pu être une catastrophe est en réalité la véritable force de ce cinquième volet. Car qui dit Scream, dit également Stab, la franchise de films dans le film basé sur les événements du premier volet et inspiré d’un livre écrit par un des personnages (méta, on vous dit).

Et c’est ce lien avec Stab qui permet à la fois aux scénaristes et aux nouveaux personnages de se moquer de la saga, mais également de lui crier son amour. Malgré les 26 ans qui séparent le premier et ce nouvel épisode, Scream 5 est un retour aux sources malin, surprenant, très violent et étrangement émouvant. Là où, à travers certains dialogues, Wes Craven criait son amour au cinéma d’horreur qu’il affectionnait tout particulièrement (et auquel il a très largement contribué), Matt Bettinelli-Olpin et Tyler Gillett crient leur amour à Wes Craven, et au genre dit du slasher, qui a disparu de nos écrans depuis quelques années déjà. Jordan Peele, et son cinéma d’horreur cérébral, en prend d’ailleurs (gentiment) pour son grade.

Au final, alors qu’il aurait pu être l’épisode de trop, ce Scream nouvelle génération s’impose ni plus ni moins comme le meilleur épisode depuis l’original. Un véritable tour de force qui récompense les fans pour leur fidélité. Et qui amène suffisamment de bonnes idées pour justifier un éventuel Scream 6. On croise les doigts.

*** Réalisé par Matt Bettinelli-Olpin, Tyler Gillett. Avec Neve Campbell, Courteney Cox, David Arquette – 115’

Sur le même sujet
Plus d'actualité