Sorties cinéma: Ouistreham, les malédictions du travail précaire

Ouistreham veut “rendre visibles les invisibles” en tentant de rapprocher la fiction du réel et Juliette Binoche d’actrices non professionnelles.

ouistreham
© Memento Distribution

Inspiré par le récit de Florence Aubenas (Le quai de Ouistreham), le film d’Emmanuel Carrère s’en détache prudemment en le fictionnalisant. Si à travers Marianne Winckler (Juliette Binoche), auteure célèbre qui entre dans la peau d’une demandeuse d’emploi, le film dénonce comme le livre les malédictions du travail précaire, il dramatise les liens entre Marianne et sa collègue Christèle (fantastique Hélène Lambert quasiment dans son propre rôle). De cette entreprise risquée, Carrère tire un film âpre sur le quotidien des travailleuses de la propreté: formation humiliante, nettoyage de toilettes à la chaîne, maniement de trop lourdes autolaveuses, insultes de petits chefs les traitant de “crétines”, de “maries-cochonnes”… Il devient encore plus insupportable quand Marianne commence à nettoyer avant l’aube le ferry Caen-Ouistreham. Dans cet espace maritime mouvant, symbolique d’une détresse ­contemporaine (les migrants sont en toile de fond), elle noue pourtant avec ses camarades des relations de solidarité, fortes et parfois même joyeuses.

C’est dans ce portrait choral que le film touche le plus, révélant de véritables héroïnes du quotidien: Christèle, Justine et Nadège, la ­contremaîtresse qui clôture le film en découvrant le livre de Marianne: “ce que tu as écrit, c’est la vérité”. Une phrase à l’écho particulier quand on connaît les rapports que l’écrivain Carrère entretient avec le réel et la fiction. Une phrase qui forme aussi une boucle après le “Quelquefois je mens”, confessé au début du film par Marianne à Cédric rencontré à Pôle emploi. Mais le double jeu de l’écrivaine nuit sans doute à l’empathie du spectateur, contrairement à la récente série Maid, adaptation sur Netflix des mémoires de Stéphanie Land, jeune mère devenue femme de ménage pour survivre dans l’Amérique pauvre.

Retrouvez notre interview d’Emmanuel Carrère dans notre nouveau numéro.

** Réalisé par Emmanuel Carrère. Avec Juliette Binoche, Hélène Lambert, Émily Madeleine, Évelyne Porée – 107’

Sur le même sujet
Plus d'actualité