Sorties cinéma: Cry Macho, le dernier gringo

À 91 ans, Eastwood réalise Cry Macho. Un film miroir à travers lequel son personnage évoque sa vieillesse et son passé.

clint eastwood dans cry macho

Le cas est unique. Cela fait 60 ans que l’on voit vieillir non seulement un des plus grands acteurs vivants mais aussi le personnage qu’il n’a jamais cessé d’interpréter à l’écran – héros teigneux, misanthrope, réactionnaire mais aussi capable d’autodérision. Dans Cry Macho, d’après un roman de N. Richard Nash qui a, jusqu’à ce jour, échoué une bonne demi-douzaine de fois à être adapté au cinéma, Clint Eastwood est Mike Milo. Cette ancienne star du rodéo et dresseur de chevaux est chargée par son ex-patron de lui ramener Rafael, son fils de 13 ans qui vit au Mexique avec sa mère alcoolique. Il ne s’agit là que d’un prétexte pour raconter une histoire d’amitié et de transmission entre le vieux gringo et le gamin qu’il a pris sous son aile. Yeux plissés, mâchoires serrées, Eastwood promène aujourd’hui sa silhouette voûtée et hésitante.

Icône du cinéma américain, ­transportant avec lui le souvenir d’une jeunesse cinématographique entrée dans les anthologies (du western de Sergio Leone à Dirty Harry), ­Eastwood lance ici ses répliques d’une voix voilée et chevrotante. C’est là, dans les hésitations et les fragilités de l’acteur, que le film déploie certains moments particulièrement émouvants. Instants ­troublants où le personnage évoque la vieillesse et les jours de sa gloire passée. Mais cela ne rend pas vraiment service aux scènes d’action dont on se demande finalement s’il était bien nécessaire de les garder.


** Réalisé par et avec Clint Eastwood. Avec Dwight Yoakam, Eduardo Minett, Natalia Traven – 104’

Sur le même sujet
Plus d'actualité