Raid dingue, ultra-formaté et assez simpliste

Raid dingue ©Prod

Comme dans Supercondriaque, Boon, seul maître à bord ici (c’est son cinquième film en tant que réalisateur), offre à nouveau le rôle principal à sa nouvelle muse: Alice Pol, sorte de Pierre Richard au féminin. Elle campe Johanna Pasquali, “serial gaffeuse” qui rêve de devenir fliquette de haut vol mais n’est même pas capable de tenir la matraque dans le bon sens. Au grand dam d’Eugène Froissard (Boon), un agent expérimenté du Raid. Qui va devoir se coltiner la belle étourdie en formation. Entre le buddy movie à l’américaine et le film de duo antagoniste dont raffole le cinéma frenchie depuis de Funès et Bourvil, Raid dingue est ultra-formaté, calibré et assez simpliste. Mais, qu’on le veuille ou non, Dany Boon maîtrise parfaitement la recette pour aligner quelques combinaisons de chouettes gags.

** Raid dingue. Réalisé par Dany Boon.  Avec Dany Boon, Alice Pol, Michel Blanc – 105’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité