L’histoire de l’amour, mélancolique, dramatique et rieur

Un hymne à l’amour raconté par un indécrottable optimiste.

L'histoire de l'amour ©Prod

Cinq ans après le très moyen La source des femmes, le réalisateur franco-roumain Radu Mihaileanu refait surface avec cette adaptation passionnée du roman de Nicole Krauss. Dans lequel, de la Pologne des années 30 à Central Park aujourd’hui, un voyage à travers le temps et les continents unira deux amoureux qui auront passé leur vie à se croiser avant d’enfin se retrouver…
Mihaileanu revient à ce qu’il fait de mieux: nous prendre par les sentiments, qu’il enrobe parfois de (très) gros violons. Après Va, vis et deviens (son meilleur film à ce jour car le moins appuyé), ou Le concert, le réalisateur signe donc un mélodrame émouvant avec l’intention de proposer “la plus belle histoire d’amour jamais contée”. Et il y arrive pas mal! Appuyant certes là où il faut pour faire glisser de chaudes larmes sur les joues de son public qui va faire exploser son budget Kleenex. Bref, si certains esprits chagrins s’agaceront à coup sûr des nombreuses giga-ficelles qui cousent cet édifice romantico-tragique démonstratif, les autres, dont nous faisons partie, se laisseront prendre au jeu de ce conte mélancolique, dramatique et rieur.

*** L’histoire de l’amour. Réalisé par Radu Mihaileanu. Avec Derek Jacobi, Sophie Nélisse, Gemma Arterton – 134’.

Plus d'actualité