Décès Arno : 6 chansons pour pleurer et danser

Arno est décédé ce 23 avril. Il laisse un répertoire immense en français, en anglais et en ostendais.  Moustique dresse le top 6 de ses meilleurs titres.

Arno laisse un répertoire trilingue exceptionnel. Belga/
Arno laisse un répertoire trilingue exceptionnel. Belga/

De ses débuts en groupe avec Tjens Couter et TC Matic à ses disques en solo, Arno laisse derrière lui un répertoire intense et contrasté.  Voilà ses six chansons incontournables.

Les Yeux de Ma Mère – Arno (1995)

Chanson écrite en hommage à sa maman Lulu partie bien trop vite. Cette maman aimée, cette " reine du suppositoire", la seule qui sait " comment je suis nu, quand je suis con et faible et quand je suis bourré comme une baleine. " Enregistrée sur l’album " A la Française " en 1995, Les Yeux de Ma Mère s’est imposée comme son plus grand classique sur scène. Chaque fois qu’Arno l’a interprétée en en concert, on a vu des femmes et des hommes pleurer autour de nous. Chaque fois qu’Arno l’a interprétée sur scène, on a pensé à notre maman à nous. Arno peut désormais la chanter pour de vrai à Lulu.

 

Oh La La La (C’est Magnifique) – TC Matic (1981)

Avec Oh la la la en 1981, Arno décroche son premier succès d’importance avec son groupe TC Matic.  Un riff de guitare imparable de Jean-Marie Aerts, des claviers new-wave de Serge Feys, la section rythmique funky et futuriste du binôme Rudy Cloet/Ferre Baelen et ce refrain en forme de slogan… Un hymne synonyme de communion lors des concerts. Lors de ses derniers shows à l’Ancienne Belgique et au casino d’Ostende, c’est debout et le poing levé qu’il chantait Oh La La La. Et c’ était magnifique. Arno en fait une version " fanfare " mais c’est l’interprétation rock qu’on n’oubliera jamais. Un truc de dingue.

 

Putain Putain – TC Matic (1983)

Tiré de l’album " Choco " de TC Matic, Putain Putain est écrite par Arno et composée par le guitariste Jean-Marie Aerts. Outre son refrain fédérateur (" Putain putain, c’est vachement bien, nous sommes quand même tous des Européens "), la chanson interpelle par son interprétation en trois langues : anglais, français et dialecte ostendais. Dans le dialecte de sa ville natale, Arno dit notamment " Ik heb een kleintje, maar ‘k schiet verre" . Traduction :  " j’en ai une petite mais je tire très très loin ". Vous devinez de quoi il parle. Il a souvent changé les paroles selon les humeurs et l’actualité.  En Flandre, le " je ne suis pas un communiste " était souvent remplacé par  " je ne suis pas un nationaliste" . Stephan Eicher, Nouvelle Vague et Pascal Obispo ont repris Putain Putain, mais on retiendra surtout la version en duo avec Stromae.

Les Filles du Bord de Mer – Arno (1992)

En 1992, Arno part à New York pour enregistrer son album " Idiots Savants ". A l’aéroport de Bruxelles-National, il achète en solde une cassette audio d’un Best Of d’Adamo. Il écoute la K7 dans l’avion et décide de reprendre sur son disque Les Filles du Bord de Mer, ritournelle polissonne que je le jeune Salvatore avait composée en 1965.  Avec ses sous-entendus ("Naïves autant qu’elles étaient belles. On pouvait lire dans leurs prunelles qu’elles voulaient pratiquer le sport. Pour garder une belle ligne de corps "), la chanson Les Filles du Bord de Mer a été réappropriée par une nouvelle génération au grand bonheur et la grande fierté de son auteur. En douceur et en profondeur, …

 

Lonesome Zorro – Arno (1990)

Notre chanson préférée d’Arno. Même si le narrateur dit " tu " , c’est bien un texte autobiographique. Un Zorro solitaire, qui " crie de l’intérieur ", ne se prend pas pour un Don Juan et fait l’amour comme Peter Pan. Un blues crépusculaire avec des chœurs féminins. Magnifique. Tiré de son album solo " Ratata  " en 1990, elle avait été reprise en formule piano/voix sur son dernier disque " Vivre " et figurait dans le répertoire de ses derniers concerts. Lonesome Arno…

 

Oostende Bonsoir – Arno (2019)

Arno a attendu son album " Santeboutique " (2019) pour écrire une ode à la ville qui l’a vu naître. Il estimait qu’il n’y avait pas moyen de faire mieux que la chanson Comme à Ostende de Jean Roger Caussimont et Léo Ferré. Illustré par un clip crépusculaire, Oostende Bonsoir est une nouvelle chanson sur la solitude. Arno évoque la bière, les bars, les mouettes, le ciel couleur " nostalgie " et bien sûr le peintre ostendais Leon Spilliaert qu’il vénérait. Comme la Maison Ensor, Ostende va créer une Maison Arno d’ici quelques mois.

Sur le même sujet
Plus d'actualité