Yolande Moreau et François Morel reprennent Brassens

Les ex-Deschiens se retrouvent le temps d'un album hommage.

Yolande Moreau et François Morel reprennent Brassens
Yolande Moreau et François Morel. (AFP)

Comment célébrer les 100 ans de la naissance de Georges Brassens ? En l’interprétant avec amour et humour, comme le font Yolande Moreau et François Morel dans un album-hommage réjouissant.

Evidemment, les comédiens n’ont pas tout de suite accepté de se frotter à un tel monument quand la maison de disques Universal les approche en vue du centenaire de sa naissance le 22 octobre 1921 (le mois qui vient marque aussi les 40 ans de sa disparition, le 29 octobre 1981).

François Morel s’est d’abord dit « aucun intérêt (rires)« , comme il le raconte à l’AFP, assis aux côtés de Yolande Moreau sous une photo de Brassens tenant des chats, au mur du restaurant parisien « Aux sportifs réunis ». Ce troquet-institution, également appelé « Chez Walczak », fut fréquenté par le chanteur qui y fait même allusion dans sa chanson « Le bistrot ».

Il faut ajouter que Brassens est une étoile qui compte dans la galaxie de l’acteur/chroniqueur. « Brassens m’accompagne depuis très longtemps, il y a de la perfection avec juste une contrebasse et deux guitares, je ne fais pas partie des gens qui trouvent ça ennuyeux, moi j’adore ça, je trouve ça d’une richesse inouïe« . Il a eu la chance de voir l’artiste sur scène, « ce poète des humbles » comme il le décrit, lors de son dernier passage à Bobino dans les années 1970. « J’adorais sa façon d’être une bête de scène minimaliste, il faisait tellement peu de choses que quand il levait le sourcil on était suspendu à lui (rires)« , se souvient-il.

(Crédit: AFP)

« Petit pas de côté »

Mais alors comment est né ce disque ? Petit à petit, l’idée a fait son chemin. « Et le confinement est arrivé et l’idée d’être confiné avec Brassens, ça m’allait bien, et je me suis dit +on va avoir plaisir à le faire avec Yolande+, on va s’amuser avec les chansons de Brassens ».

La complicité entre les deux a fait le reste. Ils se connaissent depuis les Deschiens, la célèbre troupe de Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff.
La décision a mûri de la même façon chez Yolande Moreau, moins familière de l’œuvre du moustachu, même si elle avait joué « à 14-15 ans à la guitare La complainte des filles de joie avec un copain musicien à une fête socialiste« .

« Quand on m’a proposé de faire ce disque, ça a été un grand recul (rires), j’ai eu peur, mais je fais confiance à François, j’aime la manière dont il s’est approprié Devos (pour le spectacle J’ai des doutes) avec beaucoup de pudeur, et je me suis dit aussi qu’on pouvait s’amuser« , expose l’actrice-réalisatrice.

Et François Morel d’insister: « On ne s’est pas dit qu’on allait dépoussiérer Brassens, il n’y a pas de poussière sur Brassens, mais qu’en faisant un petit pas de côté, en respectant le texte, on l’entendrait peut-être un peu différemment« .

Billie Holiday

Pari réussi avec « Brassens dans le texte », disque prévu ce vendredi, qui visite en parlé-chanté les classiques du répertoire de l’homme à la pipe – « Le Gorille », « L’Auvergnat », « Les copains d’abord », etc – et des morceaux moins connus comme « Le verger du roi Louis ».

Ce dernier titre offre une des plus belles trouvailles du disque. Le texte évoque des « chapelets de pendus« , ces « grappes de fruits inouïs« . Et la Belge aux multiples talents y reprend en écho le « Strange fruit » de Billie Holiday qui comparait les corps des Noirs lynchés dans les états racistes américains à « d’étranges fruits » pendant des arbres. François Morel savait « que Yolande était capable de faire des trucs comme ça« .

Dans un registre moins grave, leur plaisir de jouer avec les textes est manifeste dans « Hécatombe » ou encore dans « Fernande » où, évidemment, le prénom Yolande trouve sa place dans la fameuse rime.

Sur le même sujet
Plus d'actualité