Les dix films les plus attendus de la rentrée

Les cinémas ont rouvert et les films se bousculent pour atteindre les salles obscures. Voici un petit florilège de ce qui nous attend jusqu'à la fin de l'année.

« Dune » de Denis Villeneuve (le 15 septembre)

C’est un des films les plus attendus de ces deux dernières années. L’adaptation de la mythique saga de Frank Herbert revient au cinéma, sous la direction du talentueux Denis Villeneuve (« Blade Runner 2048 », « Premier contact »…). Un challenge de taille tant l’histoire de « Dune » au cinéma est une des plus maudites qui soit. Il y eut d’abord la version avortée de Jodorowsky dans les années 70 avant que David Lynch ne s’y casse les dents en 1984. Le réalisateur blâmant la pression des producteurs et son manque de contrôle artistique sur ce flop vertigineux. Le Québecois Denis Villeneuve avait brillamment ressuscité « Blade Runner », fera-t-il de même avec « Dune » ? Réponse le 15 septembre. A l’affiche du film : Timothée Chalamet, Oscar Isaac, Jason Momoa…

« Candyman » de Nia DaCosta (le 29 septembre)

Scénarisé par le génial Jordan Peele, auteur de « Get Out », film d’horreur bon esprit dévoilant de manière incongrue le problème du racisme aux Etats-Unis, ce nouveau « Candyman » (le quatrième qui se base sur la nouvelle « The Forbidden » de Clive Barker) jouera sur les mêmes codes. Sorti aux Etats-Unis fin août, le film a été salué par la critique et est déjà un joli succès commercial. L’horreur est plus sympa quand il est joué en noir. A l’affiche du film : Yahya Abdul-Mateen II (vu dans la série « Watchmen »), Teyonah Parris…

« James Bond : Mourir peut attendre » de Cary Joji Fukunaga (le 6 octobre)

Enfin ! On n’en peut plus d’attendre ! Le nouveau James Bond, cinquième et dernier volet avec Daniel Craig, arrive sur nos écrans un an et demi après sa date de sortie initiale. Les financiers étaient sur les dents, vous n’imaginez pas la montagne de dollars en jeu… Mais enfin, nous y voilà. L’intrigue commence quelques semaines après celle de « Spectre », précédent 007. Bond se réveille dans un petit village d’Italie où il s’est évadé avec son amour, Léa Seydoux. Mais peut-il vraiment lui faire confiance… Bien sûr que non, sinon, ce ne serait pas un James Bond ! A l’affiche du film : Daniel Craig, Léa Seydoux, Rami Malek…

« Eiffel » de Martin Bourboulon (le 13 octobre)

L’histoire de la Tour du même nom et surtout des amours de son auteur, l’ingénieur Gustave Eiffel dans le Paris des années 1880. Le grand homme, campé par Romain Duris, est auréolé de son travail sur la Statue de la Liberté qui trône devant New York. Mais quand il croise la fille qu’il a perdue tant d’années auparavant, il accepte de se lancer dans le projet que lui demande le gouvernement français pour l’exposition universelle de 1889. Un gros budget pour ce pan de l’histoire de France. A l’affiche du film : Romain Duris, Emma Mackey (vue dans la série « Sex Education »)…

« The French Dispatch » de Wes Anderson (le 27 octobre)

Présenté à Cannes, le nouveau Wes Anderson (« The Grand Budapest Hotel », « La Vie aquatique ») a été décrit comme « une lettre d’amour aux journalistes qui se déroule au sein d’un journal américain basé dans une ville française fictionnelle au XXe siècle ». Tout un programme. Trois histoires font le corps du film qui bénéficie d’un casting cinq étoiles : Benicio Del Toro, Léa Seydoux, Adrien Brody, Tilda Swinton, Frances McDormand, Mathieu Amalric, Bill Murray, Timothée Chalamet…

« The Eternals » de Chloé Zhao (le 3 novembre)

Quand la réalisatrice sino-américaine Chloé Zhao, figure de proue du nouveau cinéma indépendant US, spécialisée dans le documentaire et les films à caractère social, et célébrée à la Mostra de Venise et aux Oscars pour Nomadland, est recrutée par Marvel, qu’est-ce que ça donne ? Réponse le 3 novembre avec « The Eternals » à l’affiche duquel on retrouvera, outre les stars de demain, Salma Hayek, Angelina Jolie et Kit Harington, le Jon Snow de « Game of Thrones ».

« Aline » de Valérie Lemercier (le 10 novembre)

La voici enfin, cette Aline qui a sensiblement la même vie que Céline Dion. Reportée à cause du covid, « Aline » est un vrai-faux biopic de la chanteuse canadienne, une « fiction librement inspirée » par l’idole de Valérie Lemercier qui jouera elle-même le rôle principal.

« SOS Fantômes : l’héritage » de Jason Reitman (le 10 novembre)

La bonne idée de cette tardive suite au « Ghostbusters » en 1984 est de mettre des enfants sur les traces des chasseurs de fantômes originels. Retromania 80’s façon « Stranger Things » (et avec un gamin de « Stranger Things ») au programme, donc. Il se dit que même Bill Murray serait de la partie. A l’affiche du film : Paul Rudd, Finn Wolfhard, Mckenna Grace…

« Madres Paralelas » de Pedro Almodovar (le 1er décembre)

Un nouveau Almodovar est toujours un événement. Tout juste présenté à la Mostra de Venise, ces « Mères parallèles » voient le cinéaste espagnol visiter les heures sombres de la dictature franquiste à travers l’histoire de deux femmes qui accouchent le même jour. A l’affiche du film : Penelope Cruz pour la septième fois chez Almodovar, Aitana Sanchez-Gijon, Rossy De Palma…

« The Matrix : Resurrections » de Lana Wachowski (le 15 décembre)

Vingt-deux ans après le coup de force qu’était le premier Matrix et dix-neuf après le troisième volet qui marquait la fin des aventures de Neo, est-ce vraiment une bonne idée de reprendre la pilule bleue et de suivre le lapin blanc ? Si les frères Wachowski sont toujours restés soudés, ce « Resurrections » n’a pas plu à une des deux soeurs. C’est donc seule que Lana Wachowski a repris contact avec Neo et Trinity (supposée morte à la fin de « Matrix : Revolutions »). On retrouve en effet le casting d’il y a vingt ans, moins Morpheus. Quant au pitch : il s’agira d’une suite à la première trilogie. A suivre, donc… A l’affiche du film : Keanu Reeves, Carrie-Anne Moss, Lambert Wilson…

 

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité