De Profession du père à Leurs enfants après eux, les bonnes raisons de se détendre ce week-end

Bullez seul ou en famille, en salle ou dans le canapé, en découvrant les nouveautés culture épinglées par la rédaction.

@ Adobe

@D.R.

Profession du père

 Début des années 60, dans une ville de province où parviennent les lointains échos de la guerre d’Algérie. Le papa d’Émile Choulans s’appelle André. Comme souvent pour les gamins de son âge, Papa est un héros. Le sien s’invente littéralement 1.001 vies: cycliste, judoka, parachutiste, espion et… conseiller du général de Gaulle!  C’est en 2015 que Sorj Chalandon a publié le formidable Profession du père qui fut d’abord adapté en bande dessinée. Jean-Pierre Améris retrouve ici Benoît Poelvoorde qu’il avait dirigé notamment dans Les émotifs anonymes (2010). Si Poelvoorde fait le job de la mythomanie paternelle (sans doute un peu trop), sa propre folie mais aussi l’empathie naturelle qu’on a pour lui dévorent tout le film, laissant peu de place au personnage de la mère (Audrey Dana) qui concentre l’autre thématique de cette histoire, celle de la violence conjugale, qui passe du coup en arrière-plan et atténue la force originelle du roman. – E.R. 

Réalisé par Jean-Pierre Améris. Avec Benoît Poelvoorde, Audrey Dana, Jules Lefebvre – 105’.

@D.R.

Billie Eilish

A dix-neuf ans, la chanteuse californienne a le monde à ses pieds. Et après son premier album « When We Fall Asleep Where Do We Go » (2019), elle réinvente à nouveau tous les codes de la pop sur son très attendu successeur « Happier Than Ever ». Billie en a composé les seize chansons avec son frère Finneas O’Connel dans la maison familiale au sud de Los Angeles. Non seulement tous les morceaux sont différents, mais aucune chanson ne ressemble à rien de ce qu’on peut entendre ailleurs. Billie ne respecte aucune règle car elle n’en a appris aucune. Il y a des titres qui commencent comme une ballade acoustique et se terminent sous le dancefloor, d’autres qui sont traversés d’électro, d’autres encore sur lesquels secouent de grosses infrabasses. Mais partout, on sent la volonté de pondre un tube, de rester mélodique et de fédérer. Côté textes, la porte est laissée ouverte à différentes interprétations. Mais il y a beaucoup d’elle dans ce disque. En quelques mois, l’artiste s’est métamorphosée mentalement et physiquement sous l’œil du public. Plusieurs chansons (Getting Older, My Future, Everybody Dies) évoquent en filigrane son expérience et son questionnement sur le temps qui est passé trop vite. Your Power, pour sa part, sonne comme une dénonciation de toutes les formes d’agression et une revendication à être “comme on est”. La voix d’une génération. – L.L.
Happier Than Ever, Interscope/Universal

@D.R.

Leurs enfants après eux

Le roman épatant de Nicolas Mathieu a décroché le Goncourt en 2019. Ce n’est que justice pour cette chronique de l’adolescence passée dans les années 90 au pied des hauts fourneaux de l’est de la France. Une évocation des rapports de classes – éminemment politique, mais romanesque et d’une fraîcheur absolue qui fait le portrait d’un pays fan de foot et de Johnny. – S.M.
Nicolas Mathieu, Babel, 560 p.
 

Sur le même sujet
Plus d'actualité