En Belgique, France, Italie…: voici les nouveaux sites classés par l’Unesco

Plusieurs sites européens et asiatiques ainsi qu’un réseau de villes thermales ont été inscrits sur la précieuse liste du patrimoine mondial.

Les anciens thermes de Spa @BelgaImage

Ce week-end, le Comité du Patrimoine mondial a rendu son verdict depuis Fuzhou, en Chine. L’Unesco va ajouter plusieurs nouvelles lignes à sa longue liste du patrimoine mondial. Et petite surprise: on y trouve une ville belge, Spa. La cité thermale a été classée au même titre que plusieurs «grandes villes d’eaux d’Europe». Les Nations Unies ont également primé d’autres grands sites à travers le monde, surtout en Europe mais pas seulement.

Le thermalisme sacré

Le classement de Spa était très attendu par la ville. Le collège municipal était d’ailleurs réuni pour assister en visioconférence à l’événement. De grandes festivités étaient prévues pour l’occasion mais à cause des récentes inondations qui ont frappé la cité, il n’en sera rien. La commune a néanmoins fêté l’événement lors d’une conférence retransmise sur les réseaux sociaux, la bourgmestre Sophie Delettre (MR) évoquant «une joie immense et une grande émotion» à l’annonce de ce classement.

Outre Spa, dix autres villes européennes ont été inscrites sur la liste de l’Unesco pour leur patrimoine lié au thermalisme. L’Allemagne et la Tchéquie sont particulièrement bien représentées avec trois sites chacune. Chez nos voisins allemands, on trouve Bad Ems (située près de Coblence), la très chic Baden-Baden (non loin de Strasbourg, de l’autre côté du Rhin), et Bad Kissingen (au nord-ouest de la Bavière). En République tchèque, il y a la très connue Karlovy Vary mais aussi les cités voisines de Marienbad et Franzensbad, toutes situées à l’extrême-ouest du pays.

Quatre autres pays abritent chacun une ville thermale classée. Il y a bien sûr Vichy en France, où l’annonce de l’Unesco a été célébrée au Palais des Congrès par une centaine de personnes. Outre-Manche, la renommée cité de Bath a été primée. En Autriche, non loin de la capitale, on trouve Baden bei Wien. Enfin, en Italie, il y a la ville toscane de Montecatini Terme, située entre Florence et Pise.

L’art européen à nouveau récompensé

La France, l’Allemagne et l’Italie peuvent s’avouer particulièrement chanceuses puisqu’outre ces cités thermales, chacun de ces États obtient un autre nouveau classement à la liste de l’Unesco. Outre-Quiévrain, c’est le «Versailles de la mer», le phare de Cordouan, qui a été récompensé. Il s’agit du plus ancien phare de l’Hexagone encore en activité, construit entre 1584 et 1611 à l’embouchure de la Gironde, à sept kilomètres au large de la pointe du Médoc. L’Unesco récompense ainsi ce chef d’œuvre d’architecture, richement décoré, situé en pleine mer.

En Allemagne, changement total de décor avec la Mathildenhöhe, le point culminant de Darmstadt. C’est dans ce jardin de l’ancien grand-duché de Hesse qu’a été fondée une «colonie d’artistes» en 1899 rassemblant parmi les plus grands noms représentatifs de l’art nouveau allemand de l’époque, le Jugendstil. Actif jusqu’à la guerre de 14-18, ce groupe est à l’origine de plusieurs édifices de la ville.

L’Italie célèbre quant à elle l’inscription de fresques de Padoue datant du début de la Renaissance, au XIVe siècle. On trouve par exemple celles du célèbre Giotto dans la chapelle des Scrovegni, ainsi que celles des artistes qui l’ont suivi. «Cet ensemble illustre comment, au cours d’un siècle, l’art de la fresque s’est développé sur la base d’un nouvel élan créatif et d’une nouvelle compréhension de la représentation spatiale», fait savoir l’Unesco.

Ce 25 juillet, un autre site européen a été inscrit à l’Unesco: l’ensemble constitué par le parc du Retiro et le Paseo del Prado, à Madrid. Il s’agit du poumon vert du centre-ville de la capitale espagnole mais aussi de l’endroit où l’on trouve de nombreux musées. Parmi ces derniers, il y a celui très célèbre du Prado qui abrite les œuvres de peintres tels que Vélasquez, Goya, El Greco, Rubens, Raphaël, Titien, Le Caravage, Nicolas Poussin…. C’est d’ailleurs avec l’intitulé « paysage des arts et des sciences » que l’Espagne a pu obtenir cette récompense des Nations Unies.

L’Asie de la mer au désert

Enfin, pour terminer, direction les autres continents, avec d’abord un site en Arabie saoudite: l’aire culturelle de Ḥimā. Elle se trouve au sud-ouest du pays et abrite de nombreux pétroglyphes. Sont notamment représentés des figures humaines ou d’animaux datant de la préhistoire, ainsi que des inscriptions postérieures dont certaines dans des langues antiques, en grec ou encore en arabe. Le tout représente 7.000 ans d’histoire. «Cet emplacement coïncide avec celui du plus ancien poste de péage connu sur une ancienne route caravanière importante du désert, où les puits de Bi’r Ḥimā datent d’au moins 3 000 ans et donnent toujours de l’eau douce», conclut l’Unesco dans sa description.

Ce dimanche, l’UNESCO a ajouté une autre inscription à sa liste, cette fois-ci en Extrême-Orient. Il s’agit de Quanzhou, une grande ville côtière de la province du Fujian, au sud-est de la Chine. Présenté comme « l’emporium mondial de la Chine des Song et des Yuan », la métropole chinoise avait déjà tenté en 2018 de figurer parmi le patrimoine mondial au vu de sa riche histoire maritime, sans succès. C’est désormais chose faite.

Autre site asiatique nouvellement classé: le temple Ramappa, situé dans l’État du Telangana, au centre de l’Inde. À l’origine, il était inclus dans un groupe de monuments construits par la dynastie Kakatiya dans la région de Warangal, où se situent plusieurs autres temples ainsi qu’un fort. Finalement, Ramappa a été pris séparément et primé par l’Unesco.

Plus original: Téhéran a vu son chemin de fer transiranien inscrit au patrimoine de l’Unesco. Construit juste avant la Seconde Guerre mondiale sous ordre du shah, il avait pour objectif de lier la mer Caspienne au golfe persique en passant par la capitale iranienne. Long de 1.400 km, il permet de traverser des régions isolées, notamment dans les monts Zagros.

Sur le même sujet
Plus d'actualité