De Prince à Trois, les bonnes raisons de se détendre ce week-end

Bullez seul ou en famille, en salle ou dans le canapé, en découvrant les nouveautés culture épinglées par la rédaction.

@ Adobe

@D.R.

Prince

Enregistré en 2010, mais jamais commercialisé à ce jour,  l’album «Welcome 2 America» est enfin exhumé des archives de Prince. Si on ne compte plus les disques posthumes du Kid de Minneapolis depuis sa mort survenue le 21 avril 2016, à l’âge de cinquante-sept ans, celui-ci mérite qu’on s’y attarde. Entre jazz, funk, soul, on y trouve un artiste lyriquement et mélodiquement inspiré. Dans les douze titres proposés, il n’y a pas des tubes instantanés comme sur «Purple Rain» et certains passages instrumentaux trop complexes auraient sans doute gagné en simplicité. Mais son mélange de funk, de soul et de jazz est de haut vol et avec des chansons comme Born To Die, Welcome 2 America, Stand Up And B Strong ou One Day We Will All B Free, il offre son enregistrement le plus engagé socialement et politiquement depuis “Sign O The Times” (1987). – L.L.

Welcome 2 America, Legacy/Sony Music

@D.R.

Kaamelott: premier volet

Après dix ans d’absence, Arthur Pendragon est de retour dans un royaume sur lequel s’exerce la tyrannie de Lancelot du Lac. Le hic? Tout cela n’intéresse plus beaucoup Arthur qui ne veut absolument pas redevenir roi… En adaptant Kaamelott, Alexandre Astier livre un objet qui pourrait déstabiliser, voire décevoir les vrais fans de la série télé. Même s’ils sont très savoureux, les dialogues ne représentent qu’une partie de l’intérêt de ce film conçu comme un road movie – spectacle où décors, musique et costumes contribuent à un souffle épique absent de la série. ­Kaamelott ressemble à un opéra adapté d’une bande dessinée, un grand livre d’images dans lequel chaque chapitre serait dominé par des explosions de couleurs. L’exigence d’Astier porte ses fruits, en conjuguant la tradition du grand film d’aventures avec un certain esprit français. E.R.

Réalisé par et avec Alexandre Astier, et Franck Pitiot, Jean-Christophe Hembert – 120’.

@D.R.

Trois

Trois déplie son récit alternant les périodes – 1987, 1994, 1999, 2000 – où va se construire l’amitié entre Adrien, Étienne et Nina, les inséparables de l’école primaire qui, sans le savoir, s’entraînent déjà à affronter la vie et se font une promesse: quitter leur bled. À l’époque, une jeune fille avait montré l’exemple, mais avait abandonné les siens sans se retourner ni laisser d’adresse. Aujourd’hui, Virginie, journaliste locale, raconte leur histoire au moment où est retrouvée une voiture au fond d’un lac… Avec une vivacité et une délicatesse qui font écho à nos propres souvenirs d’ado, Valérie Perrin signe l’un des best-sellers de l’été. – S.M.

Valérie Perrin,  Albin Michel, 667 p.
 

Sur le même sujet
Plus d'actualité