Le Bataclan racheté par la Ville de Paris

C'est le groupe Lagardère qui en était propriétaire. La Ville de Paris est déjà la tête de l'Accor Arena (ex-Bercy) et de la future Arena 2, en construction.

Bientôt Paris possèdera trois salles de concert. (AFP)

La Ville de Paris rachète au groupe Lagardère le fonds de commerce du Bataclan, salle de spectacles visée par les attentats du 13 novembre 2015, a annoncé vendredi le premier adjoint Emmanuel Grégoire à l’AFP.

Ce rachat de la société d’exploitation des spectacles Bataclan (SESB), pour 1,4 million d’euros, se fait via la société anonyme d’exploitation (SAE) du Palais omnisports de Paris-Bercy (POPB), dont le conseil d’administration a validé jeudi le projet, a indiqué M. Grégoire. Il devra être entériné la semaine prochaine au Conseil de Paris.

Le groupe Lagardère a accepté l’offre de la SAE POPB, a confirmé à l’AFP Jérôme Langlet, le directeur général de la filiale Lagardère Live Entertainment qui possède également les Folies Bergère et le Casino de Paris.

« Si le projet se confirme, nous sommes persuadés que les équipes de l’Accor Arena (Bercy, NDLR) et de la mairie de Paris sauront, au côté de l’équipe du Bataclan, continuer à écrire cette histoire culturelle et engagée« , a déclaré M. Langlet.

« Outre la charge symbolique extrêmement forte qui lie cette salle à la ville de Paris » depuis les attentats, le Bataclan « nous intéresse beaucoup sur le plan industriel et culturel« , a souligné M. Grégoire, par ailleurs président de la SAE POPB, société d’économie mixte de la Ville.

La Ville aura ainsi « une troisième salle dans le giron de la SAE POPB avec Bercy et la future Arena 2 de la Porte de la Chapelle, sur 3 créneaux de jauge très complémentaires: 1.000 à 1.700 spectateurs pour le Bataclan, 5.000 à 8.000 pour l’Arena 2 et 12.000 à 20.000 pour Bercy« , ajoute le premier adjoint.

Situé dans le XIe arrondissement, le Bataclan, salle mythique inaugurée en 1865, a été la cible de l’attaque la plus meurtrière des attentats jihadistes du 13 novembre 2015, qui ont fait 130 morts dans la capitale et à Saint-Denis.

Pendant trois heures, trois jihadistes y ont tué 90 personnes parmi les 1.500 spectateurs venus assister au concert des Eagles of Death Metal.

Plus d'actualité