Minari : ode à la terre et à la famille

Dans Minari, Lee Isaac Chungun filme un rêve américain qui ne se passe pas comme prévu.

- A24

Le minari est une sorte de cresson coréen qui pousse n’importe où. Il lui suffit d’un peu de terre et d’humidité. C’est donc très symboliquement que Lee Isaac Chung a donné à son film le nom de cette plante. Il y raconte les difficultés d’un jeune couple coréen à vivre son rêve américain, dans les années Reagan. Monica a du mal à suivre les ambitions de Jacob qui veut vivre de la terre et cultiver des fruits et des légumes coréens au cœur de l’Arkansas. Pour venir s’occuper de leurs deux enfants, la grand-mère maternelle va faire le voyage. Entre elle (formidable Yuh-jung Youn, qui a décroché l’oscar du meilleur second rôle féminin) et son petit-fils, né aux États-Unis et qui a un souffle au cœur, va se jouer le choc des cultures. Traités avec humour et délicatesse, les thèmes abordés dans Minari en font un film éminemment humaniste et lumineux.

Minari
Réalisé par Lee Isaac Chung. Avec Steven Yeun, Yeri Han, Yuh-jung Youn, Will Patton – 115’.

Plus d'actualité