Le catalogue de MC Solaar enfin réédité

Les trois premiers albums fondateurs du poète rappeur vont ressortir cette année en format physique. Ils seront aussi disponibles sur les plateformes de streaming, mettant fin à une longue querelle avec son label Polydor.

MC Solaar voit enfin son back-catalogue arriver sur les plateformes digitales. Copyright Belga.

Les fans de Solaar savent pourquoi. Depuis l’apparition des plateformes de streaming et l’essor des chaînes personnelles sur YouTube, ils n’avaient droit qu’à des versions karaoké pourries ou des extraits flous d’émission télé pour se remettre en mémoire les premiers tubes de MC Solaar. Mais il y a enfin une bonne nouvelle. Ses premiers albums fondateurs vont enfin être réédités en format physique (CD, vinyle).

Il s’agit de « Qui sème le vent récolte le tempo » (1991), « Prose Combat » (1994) et « Paradisiaque » (1997). Tous les extraits de ces disques, qui influencent plus que jamais la nouvelle génération d’auteurs francophones, seront disponibles également en streaming. Idem pour les clips historiques de Claude M’Barali, à commencer par Bouge de là, qui a été mis en ligne ce vendredi.

Long conflit

Cette annonce met fin à un long conflit qui opposait le label Polydor (Universal), MC Solaar et ses éditeurs. « Qui sème le vent récolte le Tempo”, le tout premier album du rappeur, vendu à plus de 320.000 exemplaires selon le site français Infodisc, sortira le 9 juillet. Chaque disque paraîtra dans l’ordre chronologique afin de respecter l’esprit et la création de MC Solaar. “Prose Combat” arrivera cet automne tandis que  “Paradisiaque”, son troisième opus, est prévu pour fin de l’année. 

Bouge de là

« Bouge de là est une chronique intemporelle« , a souligné ce vendredi le rappeur MC Solaar ce vendredi sur France Inter, à l’occasion de sa mise en ligne. « Certains titres restent. Quand ce sont des éditos, ils restent un peu plus longtemps.  Bouge de là, c’est l’histoire d’un homme qui, partout où il va, se fait rembarrer. C’est une sorte de victime, un gars qui a des pérégrinations dans la ville de Paris, mais en réalité, il n’a pas fait grand-chose. Quelquefois, c’est lui qui dit « Bouge de là » aux gens, mais très régulièrement, ce sont les gens qui lui disent « Bouge de là ».

A prix d’or

Sur le site mondial Discogs, et sa plateforme de vente en ligne Marketplace, le vinyle original de « Qui sème le vent récolte le tempo » se vendait encore ce week-end entre 150 et 350 euros. Vivement les rééditions ! Solaar est l’un des derniers artistes dont le back-catalogue n’avait pas encore été réédité. Certaines références du groupe hip-hop américain De La Soul et du groupe rock Tool sont toujours absentes des plateformes.
 

Plus d'actualité