Des nouvelles aventures de Titeuf au nouveau livre de Franck Thilliez, les bonnes raisons de se détendre ce week-end

Bullez seul ou en famille, en salle ou dans le canapé, en découvrant les nouveautés culture épinglées par la rédaction.
 

@ Adobe

@D.R.

Titeuf, tome 17: La grande aventure

C’est la dix-septième fois que Titeuf nous embarque dans son monde fait de tendresse, de blagues et de vie. Dix-sept fois que son auteur, Zep, nous fait marrer avec les aventures d’un
petit gars à la mèche rebelle qui, selon ses dires, serait une super version du gamin qu’il aurait voulu être. Cette fois, c’est en colonie de vacances que Titeuf se retrouve. Lui qui rêvait de stage jeu vidéo, le voilà qui tente de survivre à l’usage de toilettes sèches, qui a peur de se noyer dans un océan de verdure, et qui craint de se faire grignoter le zizi par une orde d’ours sauvages et gourmands. Ajoutez à cela l’indéfectible et bigleux Manu, son copain de toujours, des odeurs de pieds qui tuent, une monitrice qui fait rêver, et cette magie qui fait de l’enfance une boîte de bonbons savoureux, et vous obtenez un dix-septième tome toujours aussi frais que le
premier. – S.T.

Zep, Glénat, 64 p.

@D.R.

Moby

À défaut d’un nouveau souffle qu’on attend désespérément chez le créateur de “Play”, on préfère
au punk vegan énervé de ses derniers disques la relecture de son back-catalogue comme il le propose ici. Sur “Reprise”, Moby ne se contente pas de marier son électro hédoniste d’antan aux partitions du Budapest Art Orchestra. Il invite aussi des vocalistes de renom. – L.L.

Reprise/Universal

 

@D.R.

1991

Succombant à la tentation du préquel, Franck Thilliez se focalise sur la première grande enquête de son personnage fétiche – Franck Sharko, sorte de double fantasmé. En 1991, débarquant de son Nord natal, Sharko prend son poste au 36 quai des Orfèvres, impressionné par la mythologie du lieu et immédiatement plongé dans le bain… Contacté par un inconnu paniqué qui le guide vers une maison où une découverte macabre l’attend – le corps supplicié d’une femme qui s’avère ne pas être la victime présumée… Sans surprise, le livre explore les zones plus ­sombres d’un dossier sordide (pédocriminalité, vaudou, sévices en tout genre), s’amusant à décrire le monde d’avant – c’est-à-dire des flics qui font leur boulot sans Internet, sans portables et sans tests ADN très ­performants. Pour fans.  – S.M.

Franck Thilliez, Fleuve Noir, 500 p.

Sur le même sujet
Plus d'actualité