Akro, la mise au point : de Starflam à Tarmac

De son groupe Starflam qui célèbre le vingtième anniversaire du cultissime « Survivant »  à son statut de boss de Tarmac, le média urbain de la RTBF, cette figure incontournable du rap game belge se raconte dans une autobiographie sans concession.

Akro @EricGuidicelli

Le timing est parfait. Alors qu’on souffle les vingt bougies de “Survivant”, album brûlot de son groupe Starflam aujourd’hui réédité en double LP à tirage limité, Thomas Duprel, alias Akro, se raconte sur 200 pages dans Rap Game, autobiographie qui sort aux éditions Lamiroy.

Aujourd’hui, le papa quadra est le big boss de Tarmac, le média urbain et digital de la RTBF.  Dans ls pages de Rap Game, Akro rappelle avec beaucoup d’honnêteté qu’il a longtemps réfléchi pour ce job l’amenant à prendre des décisions de manager qui n’ont parfois plus rien à voir avec la “brotitude” entre passionnés. Il avait aussi peu de se compromettre.

A Forest avec Rage Against The Machine

Émouvant quand il évoque sa famille, Akro n’est pas peu fier d’évoquer son rôle de précurseur sur la scène hip-hop belge, bien avant que Damso ou Zwangere Guy ne soient nés. Déjà présent sur le cultissime LP fondateur “Fidèle au vinyle” en 1993, il revient sur l’aventure exemplaire du collectif Starflam. De concerts clandestins à Liège aux gros festivals (Dour, Francos, Nandrin, Couleur Café pour un come-back fracassant), sans oublier cette prestation anthologique à Forest National en première partie de Rage Against The Machine en 2000,  les morceaux de bravoure toujours pertinents aujourd’hui (Ce plat pays, L’Amnésie Internationale, Bled Runner, Choisis ton camp, Le vice), les succès (disque double platine pour “Survivant”) et ce qu’il considère à demi-mot comme une trahison (le départ de Baloji en 2004 qui a sonné le glas du groupe).

Textes inédits

Baloji est le seul du groupe avec qui je n’ai pas eu l’occasion de parler en vingt ans”, écrit-il. Ambiance. En fin de bouquin, Akro publie quelques morceaux choisis de sa prose, “De l’encre, de la sueur, du sang” comme il chantait sur son album solo en 2006. Une belle tranche de vie pour un parcours qui inspire le respect.

Rap Game, Akro, Editions Lamiroy, 200 p.

Akro
 

 

Plus d'actualité