Du nouvel album d’Arno à Joe la pîrate, les bonnes raisons de se détendre ce week-end

Bullez seul ou en famille dans le canapé en découvrant les nouveautés culture épinglées par la rédaction.

@Adobe

@ Danny Willems

Musique

Arno ft. Sofiane Pamart

Suite à une nouvelle hospitalisation, Arno est au repos forcé. Son nouvel album est sorti comme prévu ce 21 mai, jour de son 72e anniversaire. Il s’intitule “Vivre”. Tout un symbole. Et les chansons – des relectures de son répertoire – ne parlent que de ça. Je veux vivre, La vie est une partouze, Santé, Elle adore le noir… C’est du lourd mais pas du plombant. “Quand ma firme de disques m’a proposé de travailler sur des chansons de mon répertoire en formule piano/voix, j’étais réticent mais intrigué. J’ai essayé avec ce jeune mec, Sofiane Pamart, un gars doué. Quel bazar.” Entre le crooner/rockeur et le jeune prodige, la magie opère. Impossible de ne pas pleurer sur la version des Yeux de ma mère, impossible de ne pas reprendre “Putain, putain, c’est vachement bien. La vie est plus forte que tout. Offerte comme ça, la musique l’est aussi. – L.L.
Vivre – Parce que/La Collection/[PIAS]

@D.R.

Jeu vidéo

Returnal

Selene Vassos n’avait pas prévu d’abîmer sa carlingue sur la surface de la planète Atropos. Cette voyageuse imprudente n’avait pas non plus prévu qu’après chacune de ses morts, elle se relèverait pour entamer une nouvelle visite de ce monde à l’aspect et à la civilisation si singuliers. Returnal relève ainsi du thriller de science-fiction en pleine boucle temporelle, générée aléatoirement par le jeu lui-même, pour ne rien gâcher. Bien que le joueur débute chaque boucle avec la même arme au poing, il aura pris soin avant de périr de collecter informations et nouvelles technologies afin de mieux traverser les épreuves. Peu courant dans le monde du jeu à la troisième personne, Returnal invite donc à enchaîner les vies comme les parties pour toujours revenir plus fort, plus conscient du danger et de ses propres angoisses. Non sans défaut mais sublime hommage au genre, Returnal est un indéniable plaisir nappé de peur et de frustration.  G.C. 
Sony Interactive Entertainment

@D.R.

BD

Joe la pirate

« Mauvais âge. Mauvais sexe”. C’est la teneur et le ton du télégramme que le demi-frère de Marion Barbara Carstairs envoie à la femme désireuse d’aller mettre la pâtée aux nazis à l’entame de la Seconde Guerre mondiale. Ce qui aura le don de passablement irriter celle qui, dès son plus jeune âge, s’autorebaptise Joe, et qui, d’aussi loin qu’elle se souvienne, coche toutes les cases de ce qu’on était encore loin d’appeler “queer”. Une femme qui s’habille en homme, se fait tatouer, monte la première compagnie de taxi féminine, achète une île des Caraïbes, fait défiler dans son lit les conquêtes. Bref, fait ce que les hommes s’autorisent à faire depuis la nuit des temps, dans un éclat de rire et de fête. Le regretté Hubert et la magicienne Virginie Augustin font revivre une icône de la liberté, et ça ébouriffe! – S.T.

Hubert & Virginie Augustin,  Glénat, 226 p.
 

Sur le même sujet
Plus d'actualité