Les Magritte du cinéma autrement

Les Magritte se réinventent. Faute de cérémonie, le cinéma belge occupera le petit écran du 31 janvier au 7 février, en attendant le retour du grand.

L'équipe de

Covid oblige, les Magritte sont privés de cérémonie cette année, mais le cinéma belge n’en sera pas réduit au silence pour autant. À partir de ce dimanche 31 janvier, et jusqu’au 7 février, la RTBF lui déroule le tapis bleu sur toutes ses chaînes et ondes ertébéennes, avec un grand nombre de films, d’émissions et de contenus exclusifs qui feront la part belle au septième art noir-jaune-rouge. Tour d’horizon.

À la télé

Tout au long de la semaine, la RTBF propose de (re)voir des films primés ou nommés ces trois dernières années aux Magritte du Cinéma. Au programme donc: Girl de Lukas Dhont, Mon Ket de et avec François Damiens, Nos batailles de Guillaume Senez, Noces de Stephan Streker, C’est ça l’amour de Claire Burger, Faut pas lui dire de Solange Sicurel, Grave de Julia Ducournau, Baden Baden de Rachel Lang et enfin, Duelles de Olivier Masset-Depasse, grand vainqueur des Magritte 2020 avec neuf statuettes.

Côté documentaire, seront diffusés également Bains publics de Kita Bauchet, tourné dans la piscine des Marolles, ainsi que Magritte, la trahison des images, qui s’attarde sur l’œuvre du peintre surréaliste, et Ceci n’est pas un anniversaire… les Magritte du Cinéma ont 10 ans !, qui revient sur les précédentes éditions de l’événement créé en 2011.   

Mais ce n’est pas tout. Les émissions de la RTBF se mettront aussi aux couleurs du cinéma belge, en jetant un autre regard sur ce dernier. « Les Ambassadeurs » vont ainsi explorer les lieux touristiques qui ont servi de décor de cinéma, avec une promenade sur les traces des vieux cinémas, tandis que « C’est du Belge » reviendra sur les tenues les plus classes, originales ou excentriques portées aux Magritte avec le couturier Didier Vervaeren. L’émission partira également à la rencontre de Bérangère McNeese, la réalisatrice du court-métrage Matriochkas, présélectionné aux César et en piste aux Oscars. Le cinéaste carolo Olivier Masset-Depasse sera, lui, l’invité de Thierry Bellefroid dans son émission « Sous Couverture », spéciale 7e art. Et Virgine Efira, celle de l’équipe de « Plan Cult ».

À la radio

La Première, Vivacité, Classic 21, Musiq3… Les radios de la RTBF seront également branchées cinéma belge, avec des émissions spéciales, notamment autour des musiques de films et des compositeurs belges, mais également des invités et des portraits. Camille De Rijck consacrera ainsi son émission « Demandez le Programme » à la réalisatrice Chantal Akerman, considérée comme une des figures de proue du cinéma moderne. Dans « Plein Ecran », Cathy Immelen profitera de l’occasion pour évoquer les films belges qui sortiront prochainement, dès que les salles pourront rouvrir.

En VOD

Le tapis bleu en l’honneur du cinéma belge se déroule aussi en VOD. Et ce, du 1er au 14 février. Sur trois plateformes – Sooner, VOO et Proximus -, le public aura l’occasion de découvrir les films qui auraient été éligibles pour les Magritte 2021 (et le seront en 2022), comme Filles de joie de Frédéric Fonteyne, La forêt de mon père de Vero Cratzborn, Pompéi d’Anna Falguères et John Shank ou encore Adoration de Fabrice Du Welz.

Belgorama

Mais la grande innovation de cette édition alternative des Magritte, c’est probablement la création de Belgorama. À l’instar de la page Auvio Colors, dédiée aux contenus LGBTQIA+, Auvio Belgorama est la nouvelle page thématique de la plateforme de la RTBF dédiée à la création audiovisuelle belge, sous toutes ses formes.  

Cette vitrine de la belgitude proposera bien évidemment des longs- et courts-métrages, mais aussi des contenus exclusifs, comme « Tapis bleu », un podcast de fiction délirant qui imagine une édition 2022 des Magritte très particulière, conçu par le trio Myriam Leroy-Laurence Bibot-Sébastien Ministru. Quel beau programme.

Plus d'actualité