Raz-de-marée Disney prévu pour 2021-2023

L’entreprise de Mickey mise tout sur sa plateforme de streaming, pour laquelle elle a prévu des dizaines de séries et films exclusifs basés sur ses plus grands succès, mais aussi dans les univers de Marvel et Star Wars. Les fans devraient être ravis, les autres frôleront l’indigestion.

Bob Iger, président exécutif de Disney, a été un des architectes de Disney+. ©Disney

Bien qu’il lui ait fallu un peu de temps avant d’arriver dans le monde des plateformes de streaming, maintenant qu’elle y est installée, Disney compte bien y faire sa place. 

Si Mickey a pris du temps, c’est notamment pour deux grandes raisons : l’entreprise a préféré se faire la main avec une plateforme de streaming pour sa chaine de sport, ESPN. Ensuite, un contrat la liait à Netflix et celui-ci a pris fin en 2019. 

C’est ainsi que Disney + a été lancé en novembre 2019 aux USA, au Canada et aux Pays-Bas, en mars dernier dans une partie de l’Europe, dans une autre en septembre, puis en Amérique du Sud en novembre. Maintenant qu’elle est disponible dans plus d’une cinquantaine de pays, la plateforme compte 86, 6 millions d’abonnés. C’est un peu moins de la moitié des inscrits à Netflix, mais ce dernier existe depuis bien plus longtemps et est disponible dans 190 pays. La société aux grandes oreilles n’a pas de quoi être déçue.

La semaine dernière, Disney a présenté à ses investisseurs et au grand public par la même occasion ses projets pour les prochaines années, et principalement la période 2021-2023. Les différents directeurs et responsables de studios se sont succédés, chacun présentant les contenus, films et séries, qu’il supervise. Mais quelques mots ont été répétés à plusieurs reprises tout au long de la présentation : « quality over quantity », la qualité prime sur la quantité. Un ligne directrice pour Disney et ses nombreuses filiales, mais également une petit pique destinée au leader du secteur et son grand N rouge, qui semble souvent adopter une stratégie inverse.

Toujours plus de séries et de films

Aux États-Unis, le groupe Disney ne dispose pas que de Disney+ pour diffuser ses contenus après leurs passages au cinéma ou à la télévision. Il possède aussi en partie la plateforme de streaming Hulu, fruit d’un partenariat entre la Fox, NBC et Disney (et sa chaine ABC) pour y diffuser leurs programmes. Depuis que Disney a racheté la Fox, elle en est l’actionnaire majoritaire. Mais avec ses différents contrats et accords de diffusion, Hulu a peu de chances de pouvoir se faire une place à l’international.

Qu’à cela ne tienne, Disney a présenté sa solution au problème. Comme pour Marvel, Star Wars ou National Geographic, Disney+ accueillera dès février une nouvelle section, intitulée Star. C’est là que les pays sans Hulu pourront découvrir tous les programmes d’ABC et Fox, passés et présents, qui comptent notamment Grey’s Anatomy, Lost ou Desperate Housewives pour ne citer qu’elles. On y retrouvera également des films plus « adultes » des différents studios de la société.

Un joli coup qui devrait aider Disney+ à étoffer son catalogue et séduire un public bien plus large, mais qui a aussi un point négatif. Puisque le service devrait considérablement augmenter son offre, il se permet aussi d’augmenter son prix, passant de 6,99€/mois à 8,99€/mois. 

Des séries exclusives

Disney en a aussi profité pour dévoiler les prochaines sorties de tous ces studios et sociétés de production.

Pour Hulu et Star, une poignée de nouvelles séries exclusives ont été révélées, dont Only Murders in the Building, avec les légendes américaines de la comédie, Steve Martin et Martin Short, et, plus étonnant, Selena Gomez, mais également Dopesick, une série sur l’addicition aux médicaments aux USA, avec Michael Keaton et Rosario Dawson.

The Handmaid’s Tale (La Servante Ecarlate), aura droit à une cinquième saison alors que FX, une chaine de la Fox que Disney tente de positionner sur le même terrain que HBO avec des séries de haute qualité, primées et bien critiquées, proposera une série dans l’univers d’Alien, créée par Noah Hawley, le créateur de Fargo. Une série sur le parcours des Rolling Stones est aussi en développement. 

Walt Disney Television a aussi fait quelque annonces pour Disney+, notamment une série sur la Belle et la Bête, ainsi qu’un reboot en série des Mighty Ducks, la fameuse équipe de hockey sur glace. Emilio Estevez, l’acteur des films des années 90 sera de retour et sera rejoint par Lauren Graham, la fameuse Lorelei de Gilmore Girls.

A noter qu’Hulu a annoncé avoir signé un contrat avec la famille Kardashian pour la production de contenus exclusifs pour sa plateforme, et probablement pour Star à l’international. Un joli coup puisque ces stars de la télé-réalité sont toujours aussi populaires à travers le monde.

Sabre-lasers et vaisseaux en quantité

Mais ce qui a évidemment fait le plus grand bruit, ce sont les annonces des studios de cinéma, qui vont tous également produire des contenus originaux pour Disney+. Il est désormais clair que pour la société, bien que des films continueront de sortir en salle et des séries seront toujours diffusées à la télévision, le streaming est désormais au centre de sa stratégie.

C’est Lucasfilm qui a commencé. Les 9 épisodes de Star Wars étant désormais sortis, l’ex-studio de George Lucas n’avait plus rien au programme à part The Mandalorian. Mais il travaillait en secret sur une quantité d’autres choses. Tout d’abord, sur deux spin-off de cette fameuse série phénomène : Rangers of the New Republic, ainsi qu’Ahsoka, du nom de l’apprentie d’Anakin Skywalker.

Une mini-série sur Obi-Wan Kenobi est aussi prévue, ainsi qu’une autre sur Lando Calrissian, personnage de la trilogie originale, notamment interprêté par Donald Glover a.k.a. Childish Gambino, dans le film Solo : a Star Wars Story. Enfin, la série The Acolyte présentera un thriller se déroulant bien avant les événements des films, développé par Leslye Headland (Russian Doll sur Netflix).  

Ce n’est pas encore tout : en 2021, Star Wars : Visions proposera différentes histoires inédites mises en images par la fine fleur de l’animation japonaise, tandis qu’en 2022, on découvrira Andor, du nom d’un des héros du long-métrage Rogue One. Développée par Tony Gilroy (la série des Jason Bourne, Michael Clayton) qui avait déjà écrit le film, elle nous emmènera dans les coulisses de la rébellion et au vu des premières images, elle devrait également faire l’événement. 

Toutes des exclusivités Disney+. Mais Star Wars fera son grand retour au cinéma dans quelques années grâce à Patty Jenkins, la réalisatrice de Monster et des derniers Wonder Woman, qui travaille sur Rogue Squadron, un film sur les pilotes de vaisseaux qui ont accompagné Luke Skywalker dans ses affrontements avec l’Empire.

Bien que Star Wars occupe la majorité du temps de Lucasfilm, le studio a tout de même annoncé un cinquième Indiana Jones pour clore la saga, avec Harrison Ford, bien entendu, ainsi qu’une adaptation en série du film fantastique des années 80, Willow

Une volée de nouvelles adaptations

Côté films, outre quelques nouveautés originales, Disney va continuer sa lancée de films adaptés de ses grands classiques. Les prochains sur la liste sont : les Rangers du Risque, qui mélangera prises de vue réelles et animation pour faire vivre Tic & Tac, Pinocchio par Robert Zemeckis, avec son collaborateur habituel Tom Hanks, qu’on imagine bien en Gepetto, ainsi que Peter Pan & Wendy. Il Etait Une Fois, avec Amy Adams, aura le droit à une suite, tout comme, et c’est une surprise : Sister Act ! Encore une fois, toutes ces productions sont des exclusivités Disney+.

Au cinéma, on retrouvera une des autres marottes de Disney : un film basé sur une attraction de ses parcs, Jungle Cruise, qui porte bien son nom, avec The Rock, mais aussi une nouveau Roi Lion, qui se déroulera avant le premier, ainsi que l’adaptation de La Petite Sirène.

Côté dessins animés, Disney mise beaucoup sur son prochain grand film, Raya and the Last Dragon, qui sortira au cinéma ET sur Disney+, moyennant un petit supplément. L’histoire d’une princesse guerrière qui doit retrouver le tout dernier dragon pour sauver son monde. Le suivant s’appellera Encanto et parlera d’une famille vivant dans une maison magique en Colombie. Les musiques seront signées Lin-Manuel Miranda, auteur de la fameuse comédie musicale Hamilton.

Pour Disney +, aucune originalité. Disney Animation ne proposera que des séries basées sur ses précédents films pour 2022 et 2023, à savoir : La Princesse et la Grenouille, Big Hero 6, Vaïana et Zootopie.

Seule bonne surprise, une collaboration avec Kugali, un studio panafricain, qui proposera une série de science-fiction animée intitulée Iwájú.

©Disney

Pixar se met aux séries

Plutôt un grand habitué du cinéma, Pixar doit désormais se plier aussi à l’exercice des contenus exclusifs pour la plateforme de streaming. La série Dug Days, qui suivra Carl, du film Là-Haut, et le chien Dug, désormais son animal de compagnie, sortira à l’automne prochain. Ensuite, Cars aura le droit à sa série en 2022, puis Pixar proposera, elle, une série 100% originale en 2023 : Win or Lose, qui suivra une équipe scolaire de softball durant une saison. L’originalité : chaque épisode sera vu du point de vue d’un personnage différent.

Mais Pixar n’abandonne évidemment pas le cinéma. Après Soul, contraint de sortir sur Disney+ à Noël, on découvrira en juin prochain, Luca, sur deux meilleurs amis vivant en Italie, puis en mars 2022, Turning Red, l’histoire d’une petite adolescente qui, telle Hulk, se transforme en panda roux géant dès qu’elle s’énerve ou s’enthousiasme.

Enfin, la grosse surprise est arrivée en dernier. Après 4 Toy Story, Pixar ne veut pas lâcher sa poule aux œufs d’or et proposera Lightyear, un film sur « Buzz l’Eclair, l’homme, un pilote qui a inspiré la création de Buzz l’Eclair, le jouet ». Sans commentaire.

Avalanche de héros

C’est Kevin Feige, grand architecte des studios Marvel et ses films de super-héros aux histoires interconnectées, qui a conclu la présentation. Il a annoncé une flopée de nouvelles séries, qui, bien évidemment, auront des connexions avec les prochains films, qui auront des liens avec d’autres séries. On commence à connaitre la chanson. 

Auront chacun droit à une série sur Disney+, les superhéros suivants : Falcon and The Winter Soldier, Loki, le frère-ennemi de Thor, Ms. Marvel, une ado américano-pakistanaise aux membres élastiques, l’archer Hawkeye, She-Hulk, une avocate aux mêmes pouvoirs que le géant vert, Moon Knight, un justicier nocturne, War Machine, l’acolyte d’Iron Man, le fameux Nick Fury et Ironheart, la digne héritière de Tony Stark. 

Deux séries animées sont aussi prévues : l’une sur l’arbre extra-terreste Groot et l’autre intitulée What If ?, qui racontera des histoires Marvel bien connues mais dans des univers parallèles où quelques détails modifiés changent tout.

Enfin, un film de Noël des Gardiens de la Galaxie est également au programme. A nouveau, uniquement des contenus pour Disney +.

Mais l’avalanche de super-héros continue au cinéma avec 4 films en 2021 : Black Widow, avec Scarlett Johansson, Shang-Chi and the Seven Rings, qui a pour héros le « Bruce Lee » de l’univers Marvel, mais aussi Eternals par l’acclamée Chloe Zhao, lauréate de la dernière Mostra de Venise, et enfin un troisième volet de Spider-Man qui promet plein de surprises.

Suivront : Doctor Strange and the Multiverse of Madness, Captain Marvel 2, Thor: Love and Thunder, une nouvelle adaptation du chasseur de vampires Blade, Ant-Man and the Wasp: Quantumania, Black Panther 2 mais sans Chadwick Boseman et, surprise surprise, Les 4 Fantastiques, qui rejoindront enfin ce joyeux bazar organisé qu’est l’univers Marvel sur grand écran.

Disney a déclaré viser la qualité plutôt que la quantité pour sa plateforme de streaming. En effet, elle n’a que révélé les quelques dizaines de programmes qui y seront présenté d’ici 2023-2024. C’est probablement beaucoup moins que ce que Netflix aura sorti d’ici là. Mais finalement une dizaine est basée sur l’univers Star Wars, une autre dizaine sur les comics Marvel et une quinzaine d’autres provient des films Disney et Pixar. A chacun sa définition de « qualité », donc. Des annonces qui devraient ravir tous les fans de ces différents univers mais leur nombre pourra décourager, voire écoeurer, les autres.

Plus d'actualité