Notre guide culture online du jour

Deux nouveaux films et une visite virtuelle d’une exposition construite sur les thèmes du pli, du pliage et du plissé. A vous de choisir…

sk3

CINEMA : Skate Kitchen

Pour son premier long métrage, la cinéaste Crystal Moselle explore le récit d’adolescence par le prisme du film de skateboard, terrain de jeu déjà balisé par Larry Clark («The Smell Of Us») ou Gus Van Sant («Paranoid Park»), avec une bande de skateuses en quête de respect dans un milieu éminemment masculin. Le film suit la trajectoire de Camille (Rachelle Vinberg), adolescente introvertie à la féminité en construction et en conflit avec sa mère, qui intègre un groupe de filles baptisé les Skate Kitchen sur Instagram. Le film suit la mue de la jeune femme au rythme des “ollies”  (figures de skate) et de son désir encore incertain (“comment sait-on qu’un garçon te plaît, ou que tu lui plais?” demande-t-elle à ses copines plus affirmées). Amitiés fragiles, fluidité des genres et rencontres fondatrices, le film séduit surtout par le naturel de ses actrices et par son exploration très réaliste d’un New York underground et secret, territoire urbain où les skateboarders sont maîtres. Une jolie découverte du cinéma indépendant, qui se déploie aussi en série pour HBO avec les mêmes actrices.

Disponible sur UniversCiné, Lumière, Voo, Proximus

EXPO: Plis, arts et textile

Pour découvrir cette belle exposition organisée par TAMAT (Musée de la tapisserie et des arts textiles de la FWB) et le Musée des Beaux-Arts de Tournai, il suffit de cliquer sur le lien ci-dessous… Une visite virtuelle autour d’un sujet assez pointu – le pli dans le textile – et en même temps interpellant, sachant que les trois plis des masques anti-virus nous sont devenus familiers ! Une exploration des techniques du plissé et du pliage qui s’aventure aussi dans les domaines de la peinture, de la sculpture, de la photo et de la vidéo. A une jolie promenade trois étages qui réservent quelques surprises.

A voir ici

CINEMA : Divino Amor

Le Brésil rigoriste et religieux de Bolsonaro inspire les cinéastes à contre-courant. Après «Bacurau» de Kleber Mendonça Filho, néo-western violent sur un pays fracturé, Gabriel Mascaro imagine le Brésil de 2027 régi par un ultra-rigorisme religieux dans lequel une femme fait l’expérience de l’amour divin. Joana est notaire pour les registres officiels et tente de faire échouer les couples en instance de divorce grâce à des techniques d’amour divin et des ateliers physiques pour couples. Entre scènes de sexe réelles, baptêmes collectifs et foi inébranlable, Joana espère un miracle qui puisse vaincre son infertilité. Mascaro livre un film féminin à l’esthétique iconographique et iconoclaste recyclant la culture chrétienne sur fond d’électro. Du cinéma pur, entre utopie et dystopie érotique, où le Messie est à réinventer.

Disponible sur UniversCiné, Lumière, Dalton, Proximus Pickx et Be tv.

Plus d'actualité