Manu Dibango, légende de l’afro-jazz, décédé des suites du Covid-19

Le saxophoniste camerounais avait été hospitalisé la semaine dernière. Il avait 86 ans. Manu Dibango a joué avec tout le gratin de la scène pop/jazz et avait été samplé par Michael Jackson.

manu-dibango

C’est la famille de Manu Dibango qui a confirmé sur les réseaux sociaux le décès du célèbre saxophoniste. Âgé de 86 ans, il était atteint du coronavirus. Il est décédé ce mardi 24 mars.  « Chers parents, chers amis, chers fans, une voix s’élève au lointain… C’est avec une profonde tristesse que nous vous annonçons la disparition de Manu Dibango, notre Papy Groove », a écrit sa famille. Le saxophoniste camerounais et légende de l’afro-jazz, 86 ans, avait été hospitalisé la semaine dernière, atteint par le Covid-19.

Soul Makossa

Révélé par le célèbre Soul Makossa, tube afro-jazz écrit en 1973 et samplé par plusieurs générations de beatmakers, Manu Dibango était né à Douala (Cameroun) le 12 décembre 1933. Il était arrivé à Marseille en 1949 alors qu’il était adolescent et avait ses classes dans plusieurs orchestres de jazz et de rock, collaborant notamment à ses débuts en France avec Dick Rivers et Gilbert Bécaud. Alternant  sessions en studio et tournées internationales,  il se lancera en solo en 1969 avec l’album « Saxy Party » qui lui vaudra ses premiers succès sur le continent qu’il  vu naître.

D’Higelin à Michael Jackson

Aux frontières du jazz, de l’afro et de la variété, Manu Dibango a mis son sens de l’ouverture artistique au service de pléthores d’artistes (d’Herbie Hancock à Jacques Higelin, en passant par Peter Gabriel, Youssou N’Dour, Yannick Noah ou Sinead O’Connor. Paul Simon l’a invité en tournée, le groupe funk Caméo lui a piqué plusieurs intros, il a joué avec James Brown en première partie du championnat du monde de boxe historique entre Muhammed Ali et George Foreman à Kinshasa (le 30 octobre 1974)  et Michael Jackson s’est servi de Soul Makossa dans son méga-hit Wanna Be Startin’ Something. L’année dernière, l tournait encore avec son Safari Symphonique qui mêlait jazz et musique classique.

Sur le même sujet
Plus d'actualité