Meyy, une pop star en devenir

La jeune chanteuse, mystérieuse et solaire, dévoile son tout premier EP nommé « Spectrum », teinté de R&B et de boucles hypnotiques. Première étape d'un itinéraire qui s'annonce passionnant. Rencontre.

babethalbert_meyy_3

Il va falloir rapidement apprendre par cœur le nom de Meyy (dont on vous parlait déjà ici), tant son ascension dans les playlists des particuliers, comme dans celles des radios, semble inévitable. Avec son premier EP, sorti le 31 janvier, la jeune chanteuse a surpris (et séduit) toutes les oreilles qui l’ont entendue. Un timbre de voix éthéré, une aura mystérieuse, l’artiste déroule une multitude d’influences au sein de cette collection de six titres qui s’intitule « Spectrum », comme le souvenir d’un moment suspendu dans le temps. Mais aussi comme l’étendue des talents qu’elle dévoile, avec beaucoup de délicatesse, sur ce premier projet. Elle n’a que 19 ans, mais a déjà consacré au moins la moitié de sa vie à la musique. « Je chante depuis aussi loin que je m’en souvienne. Quand j’étais petite, et qu’on me demandait ce que je voulais faire plus tard, je répondais toujours que je voulais être chanteuse. En grandissant, je me suis dit que ce n’était peut-être pas le plan le plus réaliste du monde, donc j’ai commencé des études pour devenir ingénieure civile. Mais dans le fond de mon crâne, je savais que c’était la musique qui m’animait vraiment. »

Une passion qu’elle rend publique à 14 ans, âge où elle décide d’uploader un morceau sur SoundCloud. « C’était assez enfantin à l’époque, je ne m’accompagnais que de piano ou de guitare. Et puis les choses se sont accélérées. À 16 ans, j’ai écris ma première chanson sur un beat que j’avais trouvé sur YouTube : il s’agissait du morceau Sun » Un titre gracieux que l’on retrouve sur « Spectrum » dans lequel elle s’adresse à un ancien amoureux. Tous les morceaux le concernent d’ailleurs, de près ou de loin. « C’est étrange de se dire qu’un morceau que j’ai écris si jeune se retrouve sur mon premier projet, quatre ans plus tard. Je ne réalise pas vraiment d’ailleurs que ce premier projet est enfin sorti. Ça fait deux ans que je travaille vraiment dessus. » Meyy est une perfectionniste dans l’âme « Ce qui explique aussi mon niveau de stress aujourd’hui, maintenant que mon EP est disponible. Il y a pas mal de gens qui ont bossé d’arrache-pied dessus. Il y a aussi beaucoup d’attentes… Mais peu importe la manière dont cet EP est accueilli, ce n’est que le début de ma carrière, je vais continuer à écrire, à apprendre et à avancer quoi qu’il arrive. »

Sun – Meyy

Sur « Spectrum », Meyy a notamment travaillé avec le producteur L’étreinte, qui la suit depuis ses débuts. « Nous étions dans la même école secondaire à Bruxelles. Il était un an en dessous de moi et on ne fréquentait pas vraiment les mêmes personnes. Un jour, il m’a demandé si il pouvait s’il pouvait utiliser ma voix, en la reprenant d’un des morceaux que j’avais uploadé sur SoundCloud, sur un beat qu’il avait fait. J’ai dis oui, je trouvais qu’il dégageait quelque chose de spécial. » Le résultat n’était pas franchement concluant, mais Meyy lui propose alors d’écrire de nouvelles paroles sur le beat qu’il avait produit, ce qui donnera naissance au titre Common Love, également disponible sur cet EP. « C’est le premier producteur avec lequel j’ai vraiment travaillé, mais j’ai vraiment senti qu’on tenait quelque chose de différent, de très personnel. » Un constat qu’on ne peut que confirmer à l’écoute de « Spectrum », un petit bijou qui marque l’arrivée de Meyy sur la scène musicale.

Sur le même sujet
Plus d'actualité