Un grand cri d’amour pour Natacha Amal et Alain Leempoel

Natacha Amal revient dans sa ville natale pour endosser le costard léopard de Gigi Ortega !

1014701_1

L’actrice principale d’une pièce de théâtre abandonne le projet six semaines avant la première, pour cause de grossesse. Il faut lui trouver une remplaçante pour donner la réplique à Hugo Martial (Alain Leempoel). Le producteur (Bernard Cogniaux) ne trouve rien de mieux que de contacter Gigi Ortega (Natacha Amal), ex-partenaire d’Hugo à la scène comme à la ville. Mauvaise idée : ces deux-là se sont quittés en de très mauvais termes, ce qui ne va pas faciliter la tâche du metteur en scène (Pierre Pigeolet).

Créé en 1996 par Josiane Balasko et Richard Berry, ce Grand Cri d’Amour est un hommage drolatique et très « Billy Wilderesque » aux artistes has-been qui tentent un pathétique comeback. On pense aux Grands Ducs de Patrice Leconte et à Sunset Boulevard, dans un genre plus dramatique… mais qui n’est finalement jamais très loin de la comédie.

« Ce qui provoque le rire, dit Natacha Amal, c’est la comédie qui a pour toile de fond un drame. On rit des réactions parfois animales des êtres humains face à des situations de crise grave, qui ne révèlent pas le meilleur d’eux-mêmes. Balasko parle d’une vérité. Dans le théâtre privé en France, on est obligé d’avoir au moins deux têtes d’affiche pour faire marcher une pièce. C’est encore plus vrai maintenant qu’il y a 20 ans. Et aucune tête d’affiche féminine n’acceptera de jouer si son rôle est juste un faire valoir de son partenaire ! »

Le metteur en scène Daniel Hanssens a réuni le casting parfait et permet à la comédienne bruxelloise de jouer la carte de l’autodérision. Voir l’héroïne de Femmes de Loi dans la peau de Gigi Ortega provoque une mise en abîme qui contribue à la réussite du projet.

UN GRAND CRI D’AMOUR Le 17 à Bertrix. Le 18 à Binche. Les 19, 20, 21, 27, 28, 31/12, Wolubilis, Bruxelles.

Sur le même sujet
Plus d'actualité