Trois séries nordiques à l’honneur pour la clôture du festival Are You Series?

Vous ne savez pas quoi faire de votre dimanche ? Foncez à Bozar pour le dernier jour de l’unique festival bruxellois dédié aux séries télévisées. Au programme ? Un vent froid venu du nord de l’Europe.

mv5bmzmzogmwm2mtyze0yi00mzu2lwi0ndctnjg2ndqyn2mwzde3xkeyxkfqcgdeqxvynjkyoda0mtc

Après s’être offert une brise chaude venue d’Espagne pour son ouverture avec la sublime série Foodie Love (l’un de nos coups de cœur, on en reparlera), le festival Are You Series? se finit ce dimanche avec trois fictions venues du Danemark (Pros And Cons), de Norvège (Wisting) et de Finlande (Shadow Lines).

On commence donc ce marathon sériel à 14h30 avec Pros And Cons dans laquelle un couple d’anciens arnaqueurs remet le couvert pour un dernier coup sensé sauver leur famille de la faillite. Entre humour et polar, cette série danoise place ses personnages dans les situations les plus cocasses avec un ton mordant et osé. Les sériephiles les plus avérés reconnaitront au casting Lotte Andersen, soit Ruth Hedeby dans la série The Killing.

En fin d’après-midi, Are You Series? diffuse les deux premiers épisodes de Wisting, série norvégienne basée sur les romans de Jørn Lier Horst. On y plonge dans une petite ville du sud du pays où la police fait face à plusieurs crimes perpétrés par un serial killer américain. Deux agents du FBI (Sven Nordin et Carrie-Anne Moss vue dans Jessica Jones) sont appelés en renfort pour aider les forces locales. Amateurs de polar nordique dans des paysages enneigés, foncez.

Après un cocktail de clôture, le festival se terminera avec Shadow Lines précédée d’un concert de la chanteuse finlandaise Olavi Uusivirta (qui joue dans la série). Shadow Lines nous emmène dans le Helsinki des années 50. Devenue un lieu stratégique entre le bloc soviétique et l’Occident, la capitale finlandaise est un nid d’espions. On vous laisse imaginer toutes les stratégies qui s’y jouent sous fond de guerre froide…

On notera aussi que la réalité virtuelle était la grande nouveauté cette année. Invitée au festival, la Brussels Virtual Week a fait découvrir au public quatre œuvres soigneusement choisies (Gloomy Eyes, -22.7°C, Le Cri et Mind Palace) visibles au sein d’un parcours de réalité virtuelle (sold-out) construit pour l’occasion. Seuls 150 chanceux spectateurs ont pu enfiler un casque VR et découvrir ces quatre projets tout aussi différents qu’impressionnants.

Rythmée par dix séries européennes, des web séries et de la VR, cette septième édition aura rempli son objectif: nous faire découvrir des séries venues d’ailleurs sur grand écran.

Sur le même sujet
Plus d'actualité