Qu’est-ce que « wtFOCK », la série la plus recherchée sur Google en Belgique?

Mercredi, Google Belgique annonçait que "wtFOCK" était le terme le plus recherché en Belgique en 2019. Pourtant, du côté francophone du pays, on n'a jamais entendu parler de cette websérie flamande...

©wtFock

Le pitch est finalement assez banal : wtFOCK raconte le quotidien d’une bande d’adolescents scolarisés à Anvers. Sexe, drogues, scandales, désillusions, l’histoire a des allures de Skins, série british à succès du début des années 2000 ou plus récemment d’Euphoriaproduite par le rappeur américain Drake. Si le scénario est classique, la manière de le réaliser ne l’est pas. Tous les jours, de courts épisodes de quelques minutes sont diffusés sur wtfock.be, site dédié à la série et sur YouTube. Une fois par semaine, les capsules sont rassemblées en une seule vidéo et hébergée sur Telenet Play et Vijf. wtFOCK compte trois saisons (et vu le succès, ne devrait pas s’arrêter de si tôt), et chacune d’elles est racontée à travers le regard d’un des personnages.

Immersion totale

wtFOCK se base sur une consommation de série tout à fait inédite. « Elle est vraiment conçu pour et par les jeunes« , expliquait Ils Neuts, responsable du divertissement chez Telenet, au site flamand Hln. Aussi, tous les personnages ont leur propre compte Instagram ce qui permet une immersion totale du spectateur, perdu entre fiction et réalité. WtFock utilise les réseaux sociaux avec soin. « Nous avons délibérément ajouté de nombreuses couches à la série afin que des interactions puissent avoir lieu. Nous remarquons un engagement important de la part de nos spectateurs« , ajoute le responsable. Et le pari est plutôt réussi puisqu’ils sont entre 20.000 et 30.000 à regarder les épisodes quotidiens (rien que sur YouTube où ils sont sous-titrés en anglais). Au total, la série comptabilise quelque 10 millions de vues sur l’ensemble de ses vidéos avec une moyenne d’âge des internautes de moins de 25 ans. Logique étant donné la cible.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Oei, blijkbaar was Britt toch niet zo op de hoogte? ?#wtFOCK

Une publication partagée par wtFOCK (@wtfock.be) le

wtFOCK s’inspire de Skam, série norvégienne diffusée de septembre 2015 à juin 2017. Le pitch et le principe sont exactement les mêmes. Une dizaine d’adaptations existent dans le monde, notamment, aux États-Unis ou en France. Toutes ont cartonné dans leur pays respectifs. Mais attention, wtFOCK n’est pas juste la reprise d’un bon concept. Tant la bande son que la photographie sont de qualité. La réalisation est cohérente et les acteurs et actrices (Veerle Dejaeger, Nathan Naenen, Yara Veyt, etc.) bien que débutants sont justes et incarnent leur rôle à merveille. Reste que la websérie a un public bien défini et n’en séduira pas un autre que celui qu’il vise. Mais qu’importe, le succès est remarquable et les adolescents belges francophones devraient en profiter également.

Sur le même sujet
Plus d'actualité