Lizzo, l’artiste bien dans sa peau

Nouvelle porte-parole des femmes rondes, l’ancienne flûtiste classique s’est reconvertie en rappeuse feel good. Le magazine Time vient de la désigner « Artiste de l’année » 2019. Petite présentation.

belgaimage-158934088-full

« Avec mon troisième album “Cuz I Love You”, j’ai voulu raconter mon histoire, celle d’une femme ronde, forte, féministe et fun qui s’assume complètement. » Ainsi s’exprime Melissa Viviane Jefferson, alias Lizzo, la sensation hip-hop originaire de Detroit, mais installée à Minneapolis. Sur scène, comme on a pu s’en rendre compte à Rock Werchter fin juin, Lizzo offre un spectacle coloré et peu commun. Imaginez la voix d’Amy Winehouse, un mashup Saturday Night Fever/Pulp Fiction des chorégraphies de John Travolta, une attitude girl power inspirée de son modèle Missy Elliott (présente sur “Cuz I Love You” avec le titre Tempo), le tout mâtiné de sonorités urbaines.

Si la dame a fait le buzz cette année avec sa ballade soul Cuz I Love You et son tube feel good Juice, elle est loin d’être une débutante. Flûtiste de formation, elle joue dans différents groupes de hip-hop underground avant d’être repérée par Prince qui l’invite sur son album “Plectrum Electrum” (2014). Après un premier EP (“Coconut Oil” dont elle reprend encore sur scène le mambo Worship en le mélangeant avec le Respect d’Aretha Franklin) et deux albums qui passent inaperçus chez nous (“Lizzobangers”, “Big Grrrl Small World”), Lizzo décroche la timbale avec “Cuz I Love You”, disque qui a le don de mettre de bonne humeur avec ses rythmes syncopés tout en exprimant un vrai point de vue. “Je ne dois pas m’excuser”, chante-t-elle entre un “fuck” bien envoyé aux sexistes, une ode aux dessous féminins (Lingerie) et un hymne selfcare (Exactly How I Feel avec le rappeur d’Atlanta Gucci Mane).

Une artiste bien dans sa peau, bien dans son temps, qui se positionne comme une grande favorite des prochain Grammy Awards aux côtés de Billie Eilish.

Sur le même sujet
Plus d'actualité