Natacha Amal « Votre question ne tient pas… »

Au théâtre, elle fait la fête à Alain Leempoel dans Un grand cri d’amour. Interview “je suis comédienne”.

d6f56ea4-14d9-11ea-b221-8f5fb9e4313b_web_

Le ou la partenaire avec qui ça s’est le mieux passé dans le jeu?

Oh, la vache! C’est impossible pour moi de répondre à cette question…

Et attendez la suivante!

C’est impossible parce que je vais me friter avec tout le métier. En plus, sans blaguer, j’ai quelques partenaires avec qui j’ai des souvenirs inaltérables, et parfois inénarrables. Il y en a qui sont plus généreux et plus partageurs que d’autres – il ne faut pas se mentir. Non, mais votre question ne tient pas debout, c’est une très mauvaise question.

Le ou la partenaire avec qui ça s’est très mal passé?

(Rire.) Si c’est quelqu’un de très connu, je suis morte, je n’ai pas le fric pour me défendre…

Alors, on va dire qu’ils se reconnaîtront…

Non, on va dire qu’il se reconnaîtra – ça suffira… (Rire.)

Une star?

Oui, mais ne fouillez pas trop…

Pensez-vous être une partenaire de jeu agréable ou un peu difficile?

Non, pas agréable, mais absolument formidable, géniale, extraordinaire et unique au monde. Non, mais j’aime beaucoup rire, je suis un peu trop rieuse parfois…

Comment faites-vous les soirs où vous n’en avez pas envie pour quand même monter sur scène?

Je ne me laisse pas le choix, je me botte le cul… Mais jouer me rebooste.

Votre plus longue traversée du désert?

La plus longue?

Oui. Un mois, un an, huit ans?

J’en ai eu une terrible d’un an… J’étais en couverture des magazines, j’avais monté les marches à Cannes en 1998, j’avais deux films qui sortaient en 199 9. Mais cette année-là, j’ai pas fait un balle, pas une journée de travail sur toute l’année 99… Un truc horrible, mais j’ai décroché Femmes de loi et j’ai commencé à tourner en 2000…

Comment vous vous sentiez?

Je pensais arrêter le métier…

Qu’avez-vous déjà fait que vous ne révéleriez à personne – sauf à moi – pour décrocher un rôle?

(Rire.) Mais vous êtes drôle. Vous avez un sacré tempérament de comique…

J’attends ma réponse…

Mais il n’y a pas de réponse… Alors, oui, je me suis fait saquer pour plusieurs rôles principaux au cinéma parce que je n’ai pas couché…

Avez-vous déjà pleuré après avoir raté un rôle?

C’est sûr, mais je ne m’en souviens pas.

Comment réagissez-vous quand vous lisez des articles qui font allusion à votre physique?

À ma fille unique?

Non, à votre physique…

(Rire.) Pardon, excusez-moi. À mon avis, des allusions à mon physique, ça va être de moins en moins fréquent – donc tout va bien… Je suis contente de ne pas être un laideron, mais il ne faut pas se gargariser de quoi que ce soit – tout passe, tout lasse, tout casse.

Si vous n’étiez pas comédienne, vous seriez…

Batteuse dans un groupe de rock.

UN GRAND CRI D’AMOUR Le 11 à Huy. Le 12 à Tubize. Le 13 à Spa. Le 14 à Ath. Le 17 à Bertrix. Le 18 à Binche. Les 19, 20, 21, 27, 28, 31/12, Wolubilis, Bruxelles.

Places à gagner sur www.moustique.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité