Lost Frequencies a fait le show à Forest National

Après une tournée nord-américaine, le dj/producteur bruxellois s’est offert un sold-out à domicile avec un set live impressionnant.

forestqmehgiaw

Artiste belge le plus écouté au monde (c’est pas nous qui le disons, ce sont les statistiques Spotify), Felix De Laet, alias Lost Frequencies, n’est plus seulement le dj/producteur capable de pondre des hits avec la régularité d’une horloge suisse. C’est aussi un artiste/performer  qui tourne avec un full band live sous son propre nom et plus seulement dans des festivals estampillés électro. Au début de l’automne , le garçon a enchaîné neuf concerts aux Etats-Unis, dont six affichaient complet. D’ici la fin de son périple, il aura joué aussi aux Pays-Bas, à Paris, en Italie. Il sera également programmé au Coachella californien en 2020.

Apothéose

Mais ce samedi 9 novembre, c’était un aboutissement pour Lost Frequencies avec un concert sold-out à domicile (il est né à Etterbeek le 30 novembre 1993),à Forest National, bastion mythique que tout artiste ambitieux se doit d’investir au moins une fois dans sa carrière. « Une apothéose ! C’est le concert de cette tournée que j’attends le plus. Je passe la plupart de mon temps à l’étranger. J’ai hâte que le public belge découvre mon show live dans ce lieu emblématique », expliquait-il en substance peu de temps avant de monter sur scène.

Nouvel album

La production scénique est énorme. Du rarement vu pour un artiste belge. Lasers, feux d’artifices, canons à confettis, giclées de feu qui sont lâchées quasi à chaque morceau de canons postés sur l’avant-scène, écrans géants… Les habitués de Tomorrowland n’ont pas été dépaysés  ce samedi.  Pour dévoiler sa panoplie de tubes (Reality, Are You With Me) et des extraits de son nouvel et double album « Alive and Feeling Fine », Felix est entouré d’un batteur, d’un multi-instrumentiste (les deux même musiciens qui ont accompagné Mustii en tournée) et deux vocalistes: Audrey Janssens et Kye Sone

Felix envoie les beats, bidouille les filtres, remixe certains sons et, surtout, n’arrête pas de distiller une énergie positive. S’exprimant en français, en néerlandais et en anglais, il présente ses nouveaux titres (l’hédoniste Sun Is Shining, un Black & Blue enrobé de mélancolie, Melody) et rend aussi hommage à d’autres icônes belges (Angèle, Stromae et même Manneken Pis), rappelant ainsi qu’il prend très au sérieux son rôle d’ambassadeur belge. La success story n’est pas prête de s’arrêter pour lui. 

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité