Pourquoi on aime « Plan Cœur », alors que la série est nulle

La saison deux de la série française a débarqué vendredi dernier sur Netflix. Sans surprise aucune, on a eu du mal à lui trouver des qualités. Pourtant, on accepte qu'elle ne soit vraiment pas terrible.

65ecqqpcvivwgmxsbhr4fhoe5dz-1920x1080_0

Il y a un an, on découvrait l’une des premières séries françaises produites par Netflix. Plan Cœur raconte l’histoire d’Elsa (Zita Hanrot, César du meilleur espoir féminin), en déprime profonde depuis que son ex l’a largué pour une autre. Jusque là, rien de neuf sous le soleil. Le jour où elle apprend qu’il va se marier, c’est la goutte d’eau qui fait déborder ses yeux de larmes. Pour lui remonter le moral, ses deux meilleures potes décident d’engager « un pute » qui lui fera oublier le malotru et lui redonnera foi en l’amour. Vous avez déjà sûrement une idée de la suite des évènements. Eh bien devinez quoi, tout se passe exactement comme vous l’imaginiez.

De toute évidence, le scénario en carton est le premier reproche qu’on peut faire à cette mini-série réalisée par Noémie Saglio et Julien Teisseire. Aucune surprise, aucun rebondissement. Et si ce n’était que ça… Certains acteurs semblent interpréter leur propre vie tellement la psychologie des personnages est sous-développée, voire inexistante. Les trois protagonistes sont des clichés, les personnages secondaires sont loin d’être mieux. L' »intrigue » a été finie au chausse pied et les dialogues sont si plats que même Plus belle la vie n’aurait pas osé. Avec tout l’argent que brasse Netflix, ils auraient pu faire un semblant d’effort. Non, franchement, il n’y a rien qui va. Pourtant, on a regardé l’entièreté de la première saison. Et de la deuxième qui est encore pire. Et, vous savez quoi, si la troisième voit le jour, on la regardera aussi.

Mais pourquoi donc?

Alors non, on ne s’ennuie pas à ce point dans la vie. Mais entre les manifestations à base de violences policières, le réchauffement climatique, la crise gouvernementale et les pubs débiles pour hamburgers, on n’a pas forcément envie de se plonger dans une série sombre et triste (coucou Chernobyl). Plan Cœur ne prend pas la tête et ne demande aucune faculté intellectuelle ou de concentration. Elle se consomme en un clin d’oeil lors d’une soirée d’hiver ou en cuisinant. Du divertissement pur et simple. Et, finalement, ça n’a pas d’autre volonté (enfin on l’espère) que celle d’être feel good. Et puis, qu’on le veuille ou non, on se reconnaît toutes et tous un peu dans ce trio d’amies excessives, dans ces relations amoureuses tout à fait foireuses ou dans ces idées hallucinantes qui sonneront comme des bons souvenirs dans dix ans.

Tout est prévisible, rien n’est original. Pourtant, du bout des lèvres vous vous surprendrez à la conseiller à quelqu’un qui cherche quelque chose de léger à regarder. Pire, vous vous surprendrez même à sourire distraitement et à laisser l’outil maléfique de Netflix enchaîner les épisodes sans qu’il faille bouger le petit doigt. Puis Paris ça reste un joli cadre pour une série, non ?

Alors oui, peut-être serez vous un peu mal à l’aise face aux jeux de mots douteux et franchement pas drôles. Sûrement vous direz vous que les acteurs, bons en dehors de cette série catastrophique, feraient mieux d’enlever cette ligne de leur CV. Et vous aurez raison. Mais qu’importe, une fois la pillule avalée, vous serez motivé à vous replonger dans des séries dignes de ce nom. Grâce à Plan Cœur, elles vous paraîtront même encore plus qualitatives. Finalement, on la remercie cette série !

Sur le même sujet
Plus d'actualité