Un spectacle à voir d’urgence: Des naufragés de la route débarquent aux Tanneurs

Tragicomédie sur la bande d'arrêt d'urgence, No One est un spectacle muet qui dit beaucoup de choses du groupe lorsque celui-ci vire à la meute. L'histoire d'une panne qui finit en carnage. Jubilatoire.

2

Un groupe de vacanciers en panne d’autocar débarque à l’aube dans le shop d’une station service tenue par un gérant très à cheval sur l’ordre et la propreté. Ici, plane un fort parfum de désodorisant pour toilettes, les paquets de chips, les canettes de soda et les bidons d’huile pour moteurs sont rangés au garde-à-vous. Rien ne dépasse, tout est posé au millimètre près, dans une rassurante géographie de linéaires.

Ce quadrillage de lignes droites ne va résister longtemps à cette horde de touristes que l’angoisse du naufrage pousse à des comportements borderline – de plus en plus limites et jusqu’à l’extrême. Une mère de famille sur les dents à cause des pleurs incessants de son bébé. Une tour manager hors de contrôle car incapable de communiquer avec l’extérieur pour régler le problème. Le chauffeur du car qui profite de la situation, pourtant au bord de la crise de nerfs, pour dragouiller la fille de l’agence de voyages qui a d’autres chats à fouetter. Au centre de toutes les attentions, un téléphone. Le seul qui capte, qui pourrait sauver les naufragés de l’autoroute et qui a disparu…

Performance muette, No One est construit sur le va-et-vient des comédiens, portés dans leur jeu par un tapis allusif et permanent – bruits, musique, sons, onomatopées, cris… Des comédiens qui incarnent un cauchemar éveillé et mutent en meute en quête d’un coupable à ce monumental ratage. Et comme on n’a jamais rien fait de mieux qu’un groupe mécontent pour trouver une tête de Turc, il y aura  une tête de motard qui roulera… Avec en filigranes des références de poids (Jaque Tati, les Deschiens, un poil de Stephen King, un soupçon de frères Coen), le spectacle de Cie Still Life est signé Sophie Linsmaux et Aurelio Mergola qui réussissent une sorte de tableau du carnage humain en goguette.

No One. Jusqu’au 5/10, Les Tanneurs, Bruxelles. www.lestanneurs.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité