Exposition: l’urgence climatique shootée en plein cœur

Cette année, Les Solidarités et l’Intime Festival ont un thème commun,  la lutte contre le réchauffement, mis en évidence dans deux expositions qui se répondent, "Drowing World" et "Le bout du tunnel".

Le bout du tunnel

Des gens debout, de l’eau jusqu’aux genoux. Jusqu’au ventre, jusqu’au cou. Des victimes d’inondations dues aux changements climatiques, il y en a partout sur la planète. Gideon Mendel, photographe sud-africain, en fait le constat dans sa série « Drowing World » (« Un monde qui se noie »), que l’Intime Festival, en collaboration avec Les Solidarités, expose au Musée des Arts décoratifs. Ses photographies, vous les avez peut-être déjà vues, imprimées sur des boucliers et brandies dans différentes manifestations pour le climat qui ont traversé les rues de Londres ou Namur (en avril dernier).

Outre les photos de Mendel, on pourra aussi voir – dans une expo baptisée « La photographie comme sport de combat » – les images prises lors des différentes manifestations étudiantes par les élèves de l’école de photographie bruxelloise ESA Le 75. “C’était beau de mêler des photographies des manifestations avec les étudiants concernés utilisant un outil – la chambre – qui sert à dire les choses autrement. Car la photographie n’est pas juste une photographie, ce qui compte, c’est une photo juste”, commente Jean-Marc Bodson, commissaire de l’exposition.

Crédit : Le 75

Manifestation « Youth For Climate » à Namur, 25 avril 2019 – Crédit : Le 75

Le bout du tunnel

On estime que l’art est un vecteur de revendication”, explique Alain Blause, coordinateur du projet, lorsqu’on aborde la légitimité d’une exposition dans un festival de musique. “Les manifestations des jeunes pour le climat nous ont poussés à réagir, à créer cette expérience pour bousculer les gens dans leur quotidien.” On ne ressort pas tout à fait indemne de la traversée du tunnel de 120 mètres dans lequel se tient, cette année encore, une exposition dédiée aux migrants climatiques. Une fois passée la bâche tenant lieu de porte, des photos et vidéos tirées du catalogue de l’AFP sur le sujet s’articulent autour des quatre éléments: air, terre, feu et eau, mis à mal par le réchauffement clima-tique dont nous sommes tous responsables.

C’est une véritable expérience sensorielle. Une mise en abyme de la vision que l’on a des choses au travers de photos, de vidéos, mais aussi de sons, bruits et installations”, poursuit Alain Blause. Au centre, on retrouve une vidéo du photographe Gideon Mendel, introduisant notamment le projet « Drowing World » exposé partiellement à l’Intime, en bas de la ville. Les deux expositions font écho à des préoccupations urgentes concernant l’avenir de la planète et, depuis leur lieu respectif, se répondent dans un flux d’images qui ne peuvent pas laisser indifférent.

DROWING WORLD, du 22/8 au 6/10. Musée des Arts décoratifs – Les Bateliers, Namur. Entrée gratuite.

ENTRETIEN AVEC GIDEON MENDEL animé par Jean-Marc Bodson, samedi 24, 16 h. Intime Festival, Théâtre de Namur.  

LE BOUT DU TUNNEL, du 23 au 25/8. Citadelle de Namur. Accès avec pass Les Solidarités.

Crédit : Gidéon Mendel

Ahmed, Khaipur Nathan Shah, Pakistan, septembre 2010 – « Drowing World » – Crédit : Gidéon Mendel

Cet article est issu de notre magazine papier. Pour plus d’infos sur l’Intime Festival et Les Solidarités, rendez-vous en librairie à partir de ce mercredi ou dès maintenant sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité