Documentaire : Oasis, les sales gosses de Manchester

Véritable incarnation de l’irrévérence anglaise, Oasis aura brûlé la chandelle par les deux bouts.

belgaimage-70292614

C’est l’histoire d’une bande de jeunes Mancuniens, de chômeurs, de têtes brûlées, de fumeurs de joints, bref de branleurs comme il en pullule au pied des HLM dans l’Angleterre des années 90. Tout les destinait à devenir d’anonymes ouvriers. Pourtant, ils sont devenus des légendes vivantes du rock, capables de générer 2,6 millions de demandes pour deux concerts dans un trou perdu du nom de Knebworth.

Pour ses membres, Oasis constituait un point de mire dans le désert qui se profilait à leur horizon. Mais, plutôt qu’un mirage, cette ambition débordante s’est matérialisée en un passage des caveaux au firmament en même pas trois ans. L’intitulé de leur premier album, “Supersonic”, a été prophétique de leur ascension, provoquée par le moteur à réaction des frères Gallagher, sortes de Caïn et Abel modernes. L’insolence des caractères de Liam, l’emmerdeur à la voix nasillarde, et de Noel, le compositeur lunatique, n’a d’égale que l’insolence de leurs talents respectifs.

L’association des deux frangins a été à la fois le socle et le motif de destruction d’Oasis. Guère aidé par la pression des labels et des médias que les Gallagher provoquent eux-mêmes avec force déclarations tapageuses, le groupe se désagrège peu à peu, passant à la moulinette du showbiz et de ses excès comme – surtout – la drogue. Ce documentaire montre sans concession et avec brio le cheminement d’Oasis et sa transition de groupe prometteur mais inconnu à phénomène mondial, ainsi que les rapports de force entre les Gallagher, à l’origine de leurs relations conflictuelles au sein du groupe. Un si beau fruit pourri par leurs disputes… On serait presque tenté de leur chanter Don’t Look Back In Anger.

Sur le même sujet
Plus d'actualité