Les Destiny’s Child vont se reformer

Quinze ans après leur séparation, Beyoncé, Kelly Rowland et Michelle Williams pourraient repartir en tournée.

belgaimage-103506327

À l’évocation des Destiny’s Child, automatiquement nous viennent en tête les paroles de Say My Name ou de Jumpin’, Jumpin’. Des classiques du R&B sortis il y a tout pile 20 ans. C’est dire la force de frappe de ces morceaux. La bonne nouvelle, c’est que ces titres pourraient reprendre vie sur scène dans très, très peu de temps. Souvenez-vous, en 2004, après avoir publié l’album « Survivor », qui s’est vendu à plus de quinze millions d’exemplaires, puis enfin « Destiny Fulfilled » le trio a annoncé qu’il poursuivrait sa carrière en solo tout en promettant de se réunir un jour. Et ce jour est peut-être arrivé. Selon les informations d’un journal britannique, quinze ans après la séparation du girls band, Beyoncé aurait secrètement organisé une immense tournée américaine et européenne pour marquer le 20e anniversaire de la formation du trio Michelle, Kelly et Queen B. Une idée de reformation insufflée par le retour triomphal des Spice Girls cette année.

Ce n’est pas la première fois que des rumeurs de « réunion » des Destiny’s Child circulent. Il y a six ans, le groupe était censé renaître de ses cendres pour livrer une performance surprise à la mi-temps du Super Bowl, mais finalement le plan a été abandonné parce que les filles n’arrivaient pas à faire concorder leurs planning. Du moins, c’est la raison officielle. Depuis la dissolution du groupe, des tensions entre les trois chanteuses ont souvent été évoquées, notamment du côté de Kelly Rowland et Michelle Williams. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’après-Destiny’s Child a été bien plus profitable à Beyoncé qu’à ses deux anciennes collègues. En 2002, Kelly Rowland a publié un album solo un peu plus alternatif intitulé « Simply Deep ». Il était porté par le titre Dilemma en collaboration avec Nelly, qui a cartonné.

Sa popularité a dégringolé ensuite, ce malgré ses efforts à s’imposer dans les charts en sortant trois autres albums, aux succès très relatifs. Résultat, comme c’est assez souvent le cas pour les artistes en mal de popularité, Kelly Rowland devient juré dans le version américaine de X Factor, puis enfin dans la version australienne de The Voice. Même itinéraire pour Michelle Williams qui s’est essayée au gospel pour se détacher de l’image très proprette qu’elle avait dans les Destiny’s Child. Son premier album, « Heart to Yours », s’est vendu à un peu plus de 200.000 exemplaires. Le suivant par contre, nommé « Do You Know », n’aura convaincu que 50.000 personnes. Autant dire que cette reformation ne fera pas plaisir qu’aux fans.

Sur le même sujet
Plus d'actualité