ZZ Top a remonté le temps à Forest National

Le trio de Houston a sorti ce mardi le juke-box blues pour réécrire ses cinquante ans d’histoire. Bluffant.

zztop_sept11-1

Une scène dénudée. Pas de décor. Pas d’écran montrant une Ford Model B fendant la poussière dans le désert texan. Pas le moindre effet spécial. Pour marquer ses cinquante ans de carrière, ZZ Top débarque sur la scène de Forest avec le strict essentiel : deux barbus, un moustachu, une guitare, une basse, une batterie et des amplis poussés dans le rouge qui crachent un son bluesy sentant l’authentique, la bière et la sueur.

Ce lundi, dans le chaudron de Forest National, Dusty Hill (70 balais), Frank Beard (idem) et Billy Gibbons (le jeunot de la bande avec ses 69 ans) ont branché le juke-box et réécrit leur histoire en y insufflant une passion juvénile. D’un Got Me Under Pressure (exhumé d’ »Eliminator » en 1983) sur lequel Billy cale pas moins de deux solos jusqu’au rappel avec le cataclysmique La Grange, ZZ Top montre toute sa singularité. Ce n’est pas du blues pour les puristes, ce n’est pas tout à fait du rock non plus. C’est du ZZ Top qui glisse, ici, des influences soul (la reprise parfaitement élégante d’I Thank You) de Sam & Dave, et s’offre, là, des escapades au-delà du Rio Grande (Pearl Necklace). 

Tres Hombres

Billy et Dusty font régulièrement leurs pas de deux pour le plus grand plaisir du public. Frank cogne comme un bûcheron (il finira le concert lessivé et saluera très rapidement la foule avant de s’esquiver quasi comme un outlaw). Et leurs histoires de hippie des temps modernes (Jesus Left Chicago), de buveurs de bière et d’éleveurs d’enfer (Beer Drunkers & Helle Raisers tiré de « Tres Hombres ») nous renvoient à des images d’une Amérique fantasmée.

La mission de ZZ Top

Voilà un groupe qui n’a jamais changé de personnel en cinquante de carrière. Voilà un groupe pour qui le rock tient autant de la mission que de la passion. Derrière leurs lunettes noires et leur barbe poivre et sel, Billy et Dusty restent appliqués et motivés. Ils jouent de leur instrument comme ils doivent sans doute conduire leurs bagnoles de collection. Un coup sur l’accélérateur « pour montrer ce qu’il y a sous le capot « , un coup de volant plus souple pour mettre en valeur leur technique et leur expérience. Avant de plaquer les accords de leur tube MTV Legs, ZZ Top a balancé l’implacable Just Got Paid. Un hymne qui résume bien la soirée. Ceux qui ont choisi Forest en ce mardi caniculaire plutôt qu’une terrasse du vieux Bruxelles ont été bien payés. On ne sait pas encore si ce concert était le tout dernier que le trio de Houston donnait en Belgique. Mais c’est l’un des meilleurs du groupe qu’on ait jamais vu.

Sur le même sujet
Plus d'actualité