Patricia Arquette: “En général, à 51 ans, Hollywood vous met gentiment à la retraite“

Invitée au Festival de télévision de Monte-Carlo, l’actrice américaine y a reçu le prix de la meilleure actrice dans un programme long de fiction pour sa remarquable performance dans la série Escape At Dannemora. En conférence de presse, Patricia Arquette s’est confiée sur sa carrière et sur le sexisme encore prégnant à Hollywood.

belgaimage-151591448

Elle était l’une des personnalités les plus attendues sur le tapis rouge du festival de Monte-Carlo. Présente depuis quelques jours dans le quartier monégasque, l’actrice a finalement reçu la Nymphe d’or de la meilleure actrice pour son rôle dans la mini-série de Ben Stiller, Escape At Dannemora. Le show raconte l’incroyable cavale de deux prisonniers, aidés par l’une des employées du centre pénitentiaire avec qui ils entretenaient des relations sexuelles. Pour incarner cette dernière, Patricia Arquette a pu bénéficier d’une large documentation, ce fait divers ayant captivé les États-Unis: “Il y avait des interviews filmées d’elle et cela m’a beaucoup aidé. Même si de toute façon, en tant qu’actrice, vous interprétez toujours une certaine version du personnage“, a-t-elle expliqué en conférence de presse.

Venue également présenter la mini-série The Act, Arquette se dit “reconnaissante“ du succès rencontré par les deux séries. “Je suis à un moment formidable de ma carrière. Je suis vraiment heureuse d’avoir eu autant de belles opportunités. En général, à 51 ans, Hollywood vous met gentiment à la retraite. C’est donc fantastique d’avoir pu travailler avec des gens si talentueux“. Dans The Act, l’actrice se retrouve à nouveau dans la peau d’une personne ayant vraiment existé. La série raconte en effet l’abominable histoire de Dee Dee et sa fille Gypsy. Atteinte du syndrome de Münchhausen par procuration, Dee Dee Blanchard rendait expressément sa fille malade. À nouveau transformée pour le rôle, Arquette offre une performance exemplaire dans cette série signée Nick Antosca (Channel Zero) et Michelle Dean.

Métamorphoses

Transformée en profondeur pour ces deux rôles majeurs, l’actrice est revenue sur ces changements physiques. “Il y a eu beaucoup de résistance à ce sujet dans mon entourage. Les gens me disaient que je ne devais pas prendre de poids, que je ne travaillerais plus jamais. Je me suis dis que j’avais fait mon temps à Hollywood, que je voulais vraiment avoir ce rôle et que je voulais aussi lancer un dialogue et une piste de réflexion sur ce qu’est un corps sexuel et désirable aujourd’hui. Il n’y a pas que les gens jeunes et beaux qui ont le droit d’avoir une vie sexuelle, une vie sentimentale, de se sentir sexy. C’était important pour moi d’aborder ça“, explique-t-elle au sujet d’Escape At Dannemora. Après cette série, l’actrice est rapidement embauchée pour interpréter Dee Dee. “Les gens ont adoré Escape At Dannemora, mais j’ai quand même eu des réflexions de la part de certaines personnes d’Hollywood. Ils me disaient que je ne pouvais pas jouer Dee Dee tout de suite, que je devais prendre un rôle dans lequel je serais belle. Je me suis dis ‘Oh mon dieu, est-on vraiment encore en train d’avoir cette conversation?’“.

Preuve malheureuse que le chemin est encore long pour vaincre le sexisme hollywoodien… “C’est un travail toujours en cours. Il y a de plus en plus de contenus ouverts à ces sujets. La majorité des épisodes de The Act ont été réalisés par des femmes; c’est la première fois que cela m’arrivait en trente ans. C’est miraculeux. Mais il n’y a pas encore de réelle égalité. J’aimerais aussi voir plus de personnes âgées, de femmes de couleur dans les fictions. On se limite nous-même en ne racontant pas ces histoires“, a expliqué l’actrice aux journalistes.

Mémoires d’une actrice

Après ces deux rôles éprouvants, la verra-t-on bientôt dans une nouvelle série? L’actrice s’attelle pour le moment à écrire ses mémoires. Une aventure apparemment “terrifiante“ pour Arquette qui se décrit comme quelqu’un de “timide et modeste“. “Je pense qu’entre écrire ou me baigner avec des requins, je me baignerais avec des requins ! C’est terrifiant de s’exposer à ce point. J’écris et parfois je me dis: ‘Mais pourquoi tu écris ça ? Ça ne sert à rien tout le monde s’en fout’“.

À la tête d’une filmographie riche de 55 films et séries, Arquette a pourtant certainement des choses passionnantes à raconter. Parmi les rôles les plus importants de sa carrière, l’actrice américaine cite sans hésiter True Romance, Lost Highway et… Escape At Dannemora. “C’était un projet intense et énorme. J’ai également beaucoup appris des autres acteurs (Benicio del Toro et Paul Dano, NDLR.)“.  Le “mini“ format de cette série (sept épisodes) a également beaucoup plu à celle qui vient d’atteindre 51 ans. “Être le personnage principal dans une saison de 22 épisodes, cela prend au moins dix mois. Ce sont des journées de 16 ou 18 heures de travail. À un certain moment de la vie, cela devient plus épuisant qu’excitant. Physiquement, je ne pourrais plus faire ça“, explique-t-elle en se remémorant le tournage intense de Les Experts: Cyber.

Après avoir foulé le tapis rouge sous les cris des fans, l’actrice a donc assisté à la Cérémonie de clôture du festival au Grimaldi Forum. En recevant son prix ce soir, Patricia Arquette a chaleureusement remercié le Prince de Monaco et la Princesse Charlene, le jury et toute l’équipe du Festival de télévision de Monte-Carlo.

Sur le même sujet
Plus d'actualité