Game of Thrones: c’est vraiment fini?

Une semaine après la fin de la série, Game of Thrones n’a pas dit son dernier mot. Les personnages de Westeros et d'Essos ne sont pas au bout de leurs tribulations : spin-offs et bouquins sont encore à prévoir.

4547536

Après 8 saisons et 73 épisodes, Game of Thrones rend les armes. Finis les génériques qui présentaient les emplacements de l’histoire comme autant de rouages d’une même superbe mécanique, cette bande-son épique reconnaissable entre mille, et ces twists à faire frémir les échines – davantage encore que celle d’Eddard Stark au moment de se la faire trancher. Malgré les critiques mitigées quant à la dernière saison, GOT a marqué toute une génération.

Si HBO a bien prévu son coup en comblant le spleen des fans de la série en dévoilant en grande pompe le making-off de la dernière saison (The Last Watch, à découvrir ce lundi soir à 21h15 sur Be tv – voir ci-dessous), elle prévoit d’encore exploiter le filon de la saga fantasy pour concurrencer Netflix. Cinq spin-offs étaient initialement prévues, mais il n’y en aura finalement que trois. L’un des projets a été annulé tandis qu’un autre est encore dans les cartons et semble bien parti pour y rester.

Longue nuit, longue attente

Les rumeurs et conjectures vont bon train, mais en vérité peu d’infos filtrent sur le contenu de ces spin-offs. On sait déjà qu’un prequel – intitulé The Long Night – concernera les temps immémoriaux de Westeros et d’Essos (les deux continents connus dans Game of Thrones) et que Naomi Watts campera le rôle principal. Rien de bien nouveau, cela fait maintenant un an que George R.R. Martin a révélé ces infos. Le grand manitou s’attelle pour sa part à la lourde tâche de la rédaction des deux derniers livres de la saga, The Winds of Winter et A Dream of Spring. 3.000 pages, “voire plus, si nécessaire”, confiait-il.

Huit ans après le dernier opus, A Dance With Dragons, Martin joue avec les nerfs de ses fans les plus zélés. Ces derniers lui reprochent de s’occuper davantage de ses projets audiovisuels que des œuvres de sa saga littéraire, et sont d’autant plus pressants qu’ils s’inquiètent de l’état de santé de l’auteur. Bon vivant de 70 ans, l’auteur a connu dernièrement quelques soucis de santé, ce qui fait craindre pour le bouclage du récit. Alors qu’il admettait l’an dernier avoir du mal à continuer son épopée – en raison de l’extrême complexité de la toile qu’il a tissée -, Martin a finalement écouté les appels de ses fans et s’est reclu dans une bâtisse dotée du strict minimum afin de se consacrer pleinement à son écriture.

Belga Images

Get, GOT, gotten

Dans une interview-fleuve accordée au New Yorker, Emilia Clarke (interprète de Daenerys), confiait qu’aucun membre du casting de Game Of Thrones ne se retrouvera dans les spin-offs. Libérés des obligations liées à GOT, on pourra retrouver les acteurs révélés grâce à la série dans divers projets, sur nos grands et petits écrans.

Peter Dinklage (Tyrion) a rejoint le casting du remake de la Horde Sauvage réalisé par Mel Gibson; Maisie Williams (Arya Stark) jouera dans l’adaptation du jeu vidéo The Last of Us, sous la férule de Sam Raimi; Nikolaj Coster-Waldau (Jaime Lannister) a l’honneur d’occuper le premier rôle du prochain film de Brian De Palma, Domino, qui sortira fin mai ; et Sophie Turner (Sansa Stark) figure dans le dernier X-Men, dans lequel elle campe le rôle mythique de Jean Grey. Les grosses pointures du cinéma semblent donc se les arracher. Tant mieux!

The Last Watch : le point final

Belga Images

Attendue pendant plus de deux ans, la huitième saison de Game of Thrones s’est achevée dans la nuit du dimanche 19 mai. Six derniers épisodes pour clore une saga historique qui a, tout au cours de sa diffusion, tenu en haleine des millions de téléspectateurs. Une attente qui forcément allait créer la déception.

Pendant près de huit ans, les scénaristes ont patiemment construit les arcs narratifs mettant en scène Sansa, Jon, Arya, Cersei, Jaime, Daenerys… Des trajectoires qui ont suivi de près les détails des romans de Georges R.R. Martin jusqu’à la cinquième saison avant de vivre uniquement sous la plume des scénaristes et de s’éloigner progressivement de la saga littéraire. Et de décevoir, parce que bouclées trop rapidement. Le scénario a été critiqué. Présenté comme l’ultime menace, le Roi de la Nuit n’a pas été à la hauteur. Tout comme la Compagnie Dorée emmenée par l’énigmatique Harry Strickland, annoncée comme l’atout majeur de Cersei et qui s’est finalement évaporée comme un pétard mouillé lors de la bataille de Port Real. Sans oublier Daenerys. Au cours des septs premières saisons, la mère des dragons s’est positionnée comme l’antagoniste parfaite de feu son père, Aerys le fou. Son désir de protéger les innocents était une priorité. Et s’est envolé au terme de deux épisodes où la Khaleesi s’est transformée en véritable harpie, possédée par un esprit de vengeance. Tout ça pour ça.

Il n’empêche, les critiques – fondées ou non – à l’encontre de l’écriture, Game of Thrones reste, du point de vue esthétique un must. Du choix des musiques (mention spéciale au morceau Rains of Castamere, inoubliable depuis l’épisode des Noces pourpres et remixé pour la fuite de Jaime et Cersei) à la sublime mise en scène impeccable sans oublier le soin apporté aux effets spéciaux, rien n’a été laissé au hasard. Et a nécessité un travail de titans. Une besogne que laisse entrevoir Jeanie Finlay dans Game of Thrones, The Last Watch. Pendant plus d’un an, la réalisatrice s’est infiltrée dans les coulisses de la huitième saison et en rapporte des images inédites qui témoignent des conditions difficiles de tournage, luttant à la fois contre les chasseurs de spoils et les conditions climatiques terribles. Et qui livrent leur lot d’émotion comme lors de la table de lecture finale où Kit Harrington fond en larmes en découvrant la fin d’une série qui aura marqué à jamais l’histoire de la télévision. Un must see pour tout fan qui se respecte.

Vanessa Vansuyt

Sur le même sujet
Plus d'actualité