John Singleton en trois films et une série

Le réalisateur américain, hospitalisé depuis le 17 avril suite à une défaillance cardiaque, est décédé hier d’un accident vasculaire cérébral. Il n’avait que 51 ans et restera dans les mémoires le premier cinéaste noir à être nommé meilleur réalisateur aux Oscars. Hommage en trois long-métrages... et une série.

belgaimage-148693791-full

Boyz N the Hood (1991)

C’est ce film qui inscrit son nom dans l’histoire du cinéma. Singleton n’a que 22 ans lorsqu’il tourne Boyz N the Hood, un long-métrage baignant dans l’ambiance criminelle du quartier de South Central à Los Angeles. Le film permet à Singleton d’être nommé pour l’Oscar du meilleur scénario et celui du meilleur réalisateur. C’est la première fois qu’un cinéaste noir est nommé dans cette dernière catégorie, et la première fois aussi qu’un réalisateur aussi jeune (24 ans) est distingué de la sorte. Le record était jusqu’à là détenu par Orson Welles pour Citizen Kane.

Singleton repart tout de même bredouille de la cérémonie qui couronne Jonathan Demme (meilleur réalisateur) pour son film Le Silence des Agneaux et Callie Khouri (meilleur scénario) pour Thelma et Louise. Boyz n the Hood est encore considéré à ce jour comme « une étape majeure dans l’histoire du cinéma afro-américain ». Au casting de ce film emblématique : Cuba Gooding Jr. (Pearl Harbor), le rappeur Ice Cube (dans son premier rôle), Morris Chestnut (Nurse Jackie), Laurence Fishburne (Tina), Angela Bassett (Tina, Malcolm X), et Regina King (American Crime, Seven Seconds, If Beale Street Could Talk).

Higher Learning / Fièvre à Columbus University (1995)

Quatre ans après le triomphe de Boyz N the Hood, Singleton explore le racisme dans Higher Learning. On y suit la vie de jeunes issus de pays, ethnies ou environnements sociaux différents, obligés de se cotoyer au sein de l’Université de Colombus. En plantant son scénario dans une Université, le réalisateur arrive à parler de différents thèmes touchant aux jeunes : les difficultés financières, le harcèlement sexuel, les doutes, l’orientation sexuelle, la sécurité et le racisme.

Les héros de Higher Learning sont interprétés par Kristy Swanson, Omar Epps et Michal Rapaport. Ice Cube est à nouveau au casting et est d’ailleurs nommé dans la catégorie « meilleur acteur secondaire » aux NAACP Image Award de 1996. Le prix sera finalement décerné à un autre acteur du film : Laurence Fishburne. Les critiques sont mitigées, mais Singleton est très satisfait de son film. Il confiera plus tard en interview : « C’était un film génial et amusant à faire. Je n’aurais jamais pu faire ce film maintenant, à notre époque ».

2 Fast 2 Furious (2003)

Après les succès de Rosewood (nommé dans la catégorie « meilleur film » à la Berlinale 1997) et Baby Boy, Singleton s’éloigne du cinéma d’auteur et se lance dans la réalisation de films d’actions pour de gros studios. C’est comme ça qu’il hérite de la suite de Fast and Furious : 2 Fast 2 Furious (2003) avec Paul Walker et Tyrese Gibson. Les critiques sont mauvaises, mais le blockbuster est le plus gros succès commercial de Singleton.

+ Snowfall

Si Singleton a majoritairement fait sa carrière dans le cinéma, il s’est aussi essayé à la télévision. C’est lui qui réalise par exemple le pilote de Snowfall (notée à 80% sur Rotten Tomatoes) dont il est le co-créateur. La série revient sur le trafic de drogues à Los Angeles au début des années 80. La saison 3 sera normalement diffusée cet été aux États-Unis. Avant Snowfall, il avait également réalisé plusieurs épisodes pour les séries Empire (2015), American Crime Story (2016) et Billions (2017).

Sur le même sujet
Plus d'actualité