Alex Vizorek: « Il y a toujours un con dans un coin de la pièce qui dit une connerie »

Maître de cérémonie des Magritte, il refait le boulot pour les Molière le 13 mai.   Interview théâââtre.

belgaimage-103464863

Après avoir présenté les Magritte, vous présentez les Molière. Vous n’en avez pas marre de présenter des soirées prestigieuses que personne ne regarde?

(Rire.) Vous êtes un salaud, Sébastien Ministru. On a fait la meilleure audience de l’histoire des Magritte (170.000  téléspectateurs – NDLR).

Pour les Magritte, vous aviez mis l’eau à la bouche des Belges avec un film d’amorce où apparaissaient Florence Foresti, Antoine de Caunes, Édouard Baer… Pour les Molière, vous allez exciter les Français avec Zidani, David Jeanmotte et Kiki l’innocent?

(Rire.) J’aurai dû vous engager car c’est une excellente idée. Je n’y avais pas pensé…  Non, j’aurai une autre amorce avec un petit film d’ouverture parce que ça marche bien, et il y aura quelques guests aussi… 

Culture théâtre: qui a écrit Mère Courage et ses enfants – Mutter Courage und ihre Kinder?

Si vous me le dites en allemand, je dirai Brecht… 

Bertolt Brecht, bonne réponse.  Qu’est-ce que ça raconte Mère Courage et ses enfants?

Hé bien, pour ne pas vous mentir: aucune idée.  Je ne suis pas très Brecht, je suis plus Tchekhov que j’ai toujours trouvé très bien pour moi parce qu’il y a toujours un con dans un coin de la pièce qui dit une connerie pendant que les autres sont en train de souffrir. Et j’ai toujours été très bien dans ce rôle-là… 

Agrippine est-elle un personnage de Racine ou de Claire Bretécher?

De Racine dans Britannicus.  Je l’ai vu au Français, il y a six mois, et on se rend compte que, quand c’est bien dit, cette langue-là est intemporelle. 

Pour votre gouverne, sachez qu’Agrippine est aussi un personnage de bande dessinée de Bretécher…

Ah! J’aime bien Bretécher aussi…

Dans En attendant Godot, la pièce de Beckett, Godot, il finit par arriver ou on l’attend toujours ?

(Rire.) Je pense pouvoir vous dire, sans spoiler, qu’on l’attend toujours…

Pouvez-vous me citer du Molière par cœur?

Euh… Non.

Du de Funès peut-être?

Non. Rien. J’ai une très mauvaise mémoire . J’admire les gens qui peuvent sortir des choses du genre “Comme disait Voltaire” Je pense que je peux citer une phrase d’Eddy Barclay – pour vous dire où on en est…

Premier spectacle vu avec l’école?

J’ai le souvenir d’une répétition de La flûte enchantée de Mozart. Sinon j’aimais bien les vedettes françaises, j’allais aux Galeries ou à Auderghem voir Daniel Ceccaldi, Michel Galabru, Maria Pacôme… 

Vous chassiez des autographes…

Oui, j’ai même eu Paul Préboist. 

C’est votre plus belle prise?

Non, c’est David Bowie.

Gros standing!

Je savais que ça vous plairait… 

Un fantasme de comédien: donner la réplique à Amanda Lear, Isabelle Huppert ou Maria Del Rio ?

(Rire.) Euh… Isabelle Huppert. Elle est forte en comédie… 

Dans un an, vous allez – enfin! – créer votre nouveau one-man-show au TTO à Bruxelles. Combien de minutes de spectacle jouables avez-vous déjà?

Aucune. Mais j’ai plein de pistes…

Cet article est issu de notre magazine papier. Pour plus d’infos qui piquent, rendez-vous en librairie à partir de ce mercredi ou dès maintenant sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité