Game of Thrones épisode 2 : Night King is coming

Ça frissonne ferme à Winterfell. Et ça ne va pas s’arranger. Attention: flot de spoilers.

got

Le premier épisode a laissé pas mal de gens sur leur faim. L’ambiance était beaucoup trop kiss kiss youplaboum pour certains. Il ne se passait rien pour d’autres. Que les premiers se rassurent, la légèreté s’est envolée, et si cet épisode voit passer quelques baisers plaqués et même une petite copulation sans joie, ils ont le goût des adieux. Les autres vont avoir du mal… Cet épisode 2 a le poids – et le vide – de l’attente. Comme la semaine passée. Mais cette fois, fini de déconner, de badiner, de baguenauder. Winterfell vit une veillée d’armes. Et, pour la première fois sans doute de toute la série, l’épisode se déroule en un seul et même lieu: la citadelle et ses stricts alentours.

Dernier arrivé à la fin de l’épisode 1, Jaime se retrouve face à un tribunal où Daenerys, drapée dans son indignation familiale, rappelle la forfaiture du King’s Layer. Il a tué le Mad King, ce dont le monde entier devrait le remercier, mais le Mad King, c’était quand même le papounet de mademoiselle Targaryen. Et Jaime, en mode « je ne la ramène pas« , évite de pinailler en précisant qu’Aerys le dingo comptait massacrer des civils par milliers. Il faudra l’intervention de Brienne, puis de Sansa, pour que la reine fasse semblant de passer l’éponge. On a autre chose sur le feu…

Dans la foulée, Daenerys use de tout son charme pour trouver un terrain d’entente avec Sansa qui ne perd ni le nord ni les intérêts du Nord de vue. Jamie retrouve son frère (ils sont mignons ces deux-là), puis Brienne (ils sont mignons, ces deux-là), tandis que Jorah pactise avec sa cousine, la petite mais si vaillante Lady Mormont.

Bran, lui, réserve encore quelques piques à Jaime, même s’il dit n’avoir pas de rancune, puisqu’il n’est plus vraiment Bran Stark. Mais après tout, il n’y a pas grand-chose d’autre à faire que régler ses comptes dans un château qui se prépare à affronter les Marcheurs blancs. Arrivés en fin de journée, après Theon et ses Fer-nés, Ed et Tormund ont  annoncé qu’il ne restait plus de la maison Omble qu’un corps calciné sur un mur et des morts enrôlés par le Roi de la nuit. D’ailleurs ils seront là à l’aube…

Iceberg en vue!

Derniers préparatifs pour battre le verredragon tant qu’il est chaud, armer les villageois, protéger les femmes et les enfants, dernier conseil de guerre – qui se limite vaguement à « on va tous mourir, mais on va le faire bien« . Ne reste plus qu’à attendre, chacun à sa manière. Arya avec Le limier, et Gendry. Les vieux de la vieille, Jamie, Tyrion, Brienne, Podrick, sir Davos et Tormund, devant un bon feu avec un verre de vin. L’occasion d’une très jolie scène autour de Brienne et du titre de chevalier.

La nuit est longue et on retrouve une référence directe à Titanic (ça promet!) quand sur une chanson entonnée par Podrick on assiste à des scènes muettes, une mère qui endort son enfant, un combattant qui veille, un couple qui s’enlace.

Enfin, Daenerys et Jon Snow se retrouvent dans la crypte, devant la statue de Lyanna Stark. Va-t-il lui dire? Oui!  Et comme prévu, elle a du mal à encaisser, miss « Bend the knee« . Oui mais bon, alors tu serais le dernier descendant mâle, genre l’héritier légitime, même que tu pourrais revendiquer le trône de fer, même si on est bien d’accord ce ne sont jamais que des on-dit racontés par ton frère et ton meilleur pote (tu sens mes soupçons méprisants pleins de doutes?)? Oui oui, va dire Jon… Sauf que sonne l’alarme. À quelques centaines de mètres des murailles, « Ils » sont là. Et le générique aussi…

Alors on grogne, parce que cet épisode a fait l’effet d’un coup dans l’eau, même s’il a dit des choses essentielles et nous a contraints à voir Arya autrement. S’il n’y avait pas une minute de trop dans le premier, celui-ci laisse trop de temps au temps mort. Sa seule excuse: il nous force à rester sur le qui-vive, dans le même état d’esprit que nos héros, la trouille de finir dévoré par un mort-vivant en moins – quoique…

Au moins, on sait que l’épisode 3 coupera court à tous les atermoiements. On va entamer très vite la bataille entre la vie et la mort. Mais comme il nous reste encore quatre épisodes, le destin de Westeros et celui de nos héros semblent encore loin d’être scellés.

Sur le même sujet
Plus d'actualité