Roméo Elvis a donné le concert de sa vie à Forest

Et Moustique était dans la fosse, au cœur des fans. Un truc de malade. Après les festivals d’été, le rappeur s’offrira, comme sa frangine, un Palais 12.

belgaimage-148339128

Sûr que Roméo n’oubliera jamais ce week-end pascal d’avril 2019. Vendredi, le rappeur bruxellois apprenait que son premier album solo « Chocolat »  était numéro 1 des ventes en Belgique et numéro 3 en France. Le soir, il remplissait le Zénith de Paris.  A peine remis de ses émotions, il montait ensuite dans son tour bus en direction de Bruxelles pour investir Forest National. Un rendez-vous historique. Pour faire court, Roméo Elvis a donné non seulement le concert le plus important de sa carrière ce samedi, mais c’était aussi le meilleur. C’est ce qu’il a avoué, profondément ému, sur le coup de 22h30. C’est ce que les 8.500 spectateurs, tous âges, toutes « tribus », et tous styles confondus ont dû penser aussi.  « Je suis né à Saint-Gilles, j’ai grandi à Linkebeek et j’habite aujourd’hui à Forest. Chaque fois que je passais devant cette salle, je me disais que j’allais la remplir un jour. Et ce jour est arrivé », a lâché à l’assistance le géant de 194 centimètres au cœur de moineau. Très touchant…

Accroché à un câble

Il faudra s’y faire. Le Roméo Elvis qui jouait pour 150 personnes au Recyclart avec Le Motel et des programmations calées dans le disque dur d’un laptop, c’est fini. Pour cette tournée Chocolat, les moyens financiers, les ressources humaines, les idées et, le plus essentiel, le répertoire sont énormes. C’est perché sur un câble que Roméo descend du plafond de Forest National pour livrer cette prestation d’anthologie. Interlude, premières notes de la plage titulaire de son album avant d’enchaîner à un Dessert savoureux.  Le show a démarré au quart de tour et le public est déjà en transe.

Guitare rock et batterie

Quatre musiciens accompagnent le garçon. Batterie, guitare, basse, claviers, c’est du lourd. Impensable il y a encore quelques mois, Drôle de question est livré sur cette tournée avec deux guitares électriques et une basse, Roméo se fendant lui-même de quelques accords de gratte bien rock and roll. On ne s’appelle pas Elvis pour rien. Entre pogo, montées en crescendo, ballades sentimentales et pures moments de folie, la prestation live emprunte, du reste, autant les codes du rock que du hip-hop. Visuellement, c’est tout aussi impressionnant avec décharge de LED, plate-forme mobile et beaux effets calligraphiques sur les écrans (notamment sur Normal et Parano).

L’union fait la force

Bébé aime la drogue, Respirer, Drôle de question, Les hommes ne pleurent pas, Bruxelles arrive… Les classiques tirés de Morale, Morale 2 et Morale Deluxe sont bien sûr de la partie. Mais c’est avec les chansons de Chocolat que Roméo montre toute sa métamorphose. Interprété avec le rappeur néerlandophone Zwangere Guy, Kuneditdoen rappelle que l’union fait la force. Un futur hymne des festivals. Sur Normal, Roméo Elvis baisse la garde, montre que, malgré tout ce qui lui arrive, il reste un être humain en proie au doute et au questionnement, comme tout le monde. Sincère, profond et particulièrement physique, il s’agit d’un des climax de la soirée.

On adore aussi la version euphorique de 3 Etoiles et son interprétation de Parano. Matthieu Chédid, qui l’accompagne sur la version studio de ce titre tiré de « Chocolat », n’était pas à Forest mais la chanson est sublimée par des nappes de claviers électro et une chorégraphie à frémir avec un Roméo qui se roule par terre et lutte contre des démons invisibles.

Angèle et Lomepal

Et puis il y a les invités. Tout le monde s’y attendait, of course, mais quelles émotions ! Mené avec un Lomepal déchaîné, 1000 degrés secoue les fondations du bunker forestois. Plus belle que jamais, Angèle (qui sera à Forest National le 25 mai) apporte tout son charme et sa poésie sur J’ai vu et, bien sûr, Tout oublier. En sueur, lessivé, le cœur conquis et le corps fatigué, on arrive au rappel avec Malade qui retourne une dernière fois toute la salle éclairée de 8.500 smartphones. Un truc de dingue, on vous dit.

Et encore, le garçon a gardé des cartouches pour de futures joutes live. On aimerait entendre en live 194, En Silence ou La Belgique Afrique. Roméo Elvis a annoncé qu’il reviendrait chanter à Bruxelles, au Palais 12. Mais c’est une autre histoire. Ce samedi, nous étions contents. Pour lui, pour nous, pour la Belgique. C’était jour de fête nationale. Roméo is the new King…

Le 5/7 aux Ardentes, Liège. Le 14/7 au Dour Festival.

Sur le même sujet
Plus d'actualité