Freddie Highmore : « Shaun Murphy est intéressant car ce n’est pas un personnage masculin stéréotypé »

Invité d’honneur du festival Séries Mania, l’acteur principal de The Good Doctor est revenu sur sa carrière lors d’une masterclass dont on vous a sélectionné le meilleur. Extraits.

belgaimage-147188247-full

C’était sans conteste l’une des personnalités les plus attendues du festival. Freddie Highmore, révélé grâce à, entre autres, Neverland et Charlie et la chocolaterie, était convié au festival 100% séries pour présenter la deuxième saison de The Good Doctor. Lors de l’ouverture du festival, le jeune acteur de 27 ans a foulé le tapis rouge autour duquel de nombreux fans s’étaient rassemblés dans l’espoir d’obtenir un autographe, ou mieux encore, une selfie, graal de tout admirateur inconditionnel de Highmore. Les plus férus d’entre eux se sont rassemblés le lendemain (samedi 23 mars) dans la prestigieuse salle du Nouveau Siècle pour une masterclass exceptionnelle (animée par Perrine Quennesson) autour de la carrière (déjà longue) de l’acteur.

C’est dans un français presque parfait qu’Highmore a rapidement séduit Le Nouveau Siècle: “C’est super, c’est la première fois que je suis ici à Lille, merci de m’avoir invité, c’est un vrai honneur d’être ici. Je peux parler en français mais c’est mieux de parler anglais pour approfondir les questions. Vous pouvez m’interrompre pour me dire de traduire si jamais. Vous pouvez aussi me poser les questions en français si vous voulez ! (sic). Le charme a opéré, la salle est béate. 

La carrière de l’acteur commence très tôt puisqu’il débute sur les plateaux à l’âge de sept ans. Pourtant, Freddie Highmore n’a pas le sentiment d’avoir “grandi devant une caméra“. “J’ai grandi à Londres et je pense que c’est assez différent de ces enfants acteurs qui ont grandi à Los Angeles. Là-bas, ça doit être beaucoup plus difficile d’être défini autrement que uniquement en tant qu’acteur, de grandir dans cet environnement. Pour moi, ça a été très important d’aller à l’école et de prendre du temps pour moi. Aller à l’université a été primordial, ça a été une période où j’ai complètement arrêté de jouer et ça m’a permis de réfléchir à ma vie et d’avoir aussi une certaine expérience de ce qu’est ‘la vraie vie’“, confie-t-il. “Parfois, je me pose des questions sur les enfants-stars qui n’ont fait que ça de leur vie : quelle est leur expérience de la vie réelle, par quoi sont-ils inspirés ? Être sur un tournage entouré d’adultes, ce n’est pas vraiment la représentation la plus exacte de ce qu’est la vraie vie“.


« Lors de cette scène, à cause de la popularité de Johnny Depp, il y avait un très grand nombre de paparazzis qui nous prenaient en photo depuis l’autre côté du banc. Il parait qu’il y a un ‘meme’ de cette scène qui circule sur Internet, quelqu’un m’en a parlé toute à l’heure. Je ne savais pas du tout ! »

Acteur dès son plus jeune âge, ce n’est finalement que récemment qu’il décide d’en faire son métier principal : “La première fois que j’ai vraiment pris la décision de devenir acteur, c’était avec Bates Motel il y a quelques années. Lors de mon temps à l’université, j’ai pu me rendre compte qu’être acteur était vraiment quelque chose dont j’avais envie et non pas juste quelque chose dans lequel j’étais tombé par hasard quand j’étais très jeune“.

© ProdDans Arthur et la vengeance de Maltazard de Luc Besson.

À quinze ans, l’acteur a déjà tourné avec de grands acteurs tels Johnny Depp (Neverland, Charlie et la chocolaterie), mais aussi de grosses pointures de la réalisation comme Jean-Jacques Annaud (Two Brothers), Tim Burton, Ridley Scott (A Good Year), Luc Besson (Arthur et les Minimoys). “Je me suis toujours senti chanceux de faire ce que je fais, mais encore plus maintenant quand je regarde ma carrière. Je pense que j’ai beaucoup appris en travaillant avec ces personnes, même si c’était assez inconscient. C’était des personnes très chaleureuses, des réalisateurs et des acteurs formidables qui m’ont pris sous leur aile et m’ont donné cette merveilleuse opportunité. Je pense que je suis aussi chanceux d’avoir gardé une vie normale et un certain sens des réalités“.

Dans Bates Motel © Prod

Bates Motel, dans lequel il interprète Norman Bates, un psychopathe assassin, marque un tournant dans sa carrière. Highmore quitte l’innocence qui résumait la plupart de ses rôles pour se glisser dans la peau d’un personnage sombre, complexe et tourmenté. “C’était quelque chose que je n’avais jamais fait auparavant. C’était donc une super belle opportunité qui m’a permis de me diversifier par rapport à tout ce que j’ai pu faire étant enfant“.

Également scénariste sur deux épisodes de la série et réalisateur pour un autre, Highmore est attiré par l’autre côté de la caméra. “C’est un désir naturel qui a grandi en moi. Après plusieurs saisons, je voulais m’investir encore plus dans la série. J’ai été chanceux car j’ai été très vite soutenu par les scénaristes de la série“. Un investissement qu’il prendra aussi dans The Good Doctor pour laquelle il scénarise et produit un épisode. Signera-t-il bientôt une série à lui tout seul ? “Oui, carrément. Mais The Good Doctor reste la priorité pour le moment. Si je peux revenir ici un jour avec une série que j’aurai écrit et réalisé depuis le début, ce serait génial“.

© ProdThe Good Doctor, saison 2 © Prod

Dans The Good Doctor dont la deuxième saison a été présentée ce week-end à Lille, Highmore interprète un médecin autiste dans un grand hôpital américain. Réalisée par David Shore (Dr House), la série jouit d’un certain succès auprès du public et l’acteur prend son rôle atypique très à cœur : « La raison pour laquelle le personnage de Shaun Murphy m’a énormément intéressé c’est qu’il n’est pas un personnage masculin stéréotypé. C’est particulièrement important à l’heure actuelle de représenter différentes versions de la masculinité. Interpréter ce genre de personnages permet d’interroger les stéréotypes qui ont été reproduis à la télévision et essayer de comprendre d’un point de vue sociétal pourquoi certaines hommes, récemment, ont trouvé acceptable de se comporter d’une certaine façon“. Une déclaration qui lui vaudra les applaudissements du public. Tout comme l’acteur, le personnage de Shaun Murphy est très apprécié par les fans de la série. “Je pense que c’est parce que c’est un personnage plein d’espoir et optimiste. Il nous rappelle que l’humanité peut être bonne et qu’il y a encore de l’espoir. Il ne parle pas seulement aux autistes mais à toute personne se sentant différente, marginalisée par la société ou discriminée“.

À l’aise en français, l’acteur rêve de tourner un épisode de The Good Doctor en France : “On pourrait imaginer que Shaun Murphy est en vacances, puis le docteur Glassman tombe malade (rires). On verra bien si j‘arrive à les convaincre de le faire ! Ce sera pour la troisième saison…“, plaisante-t-il. Quant à son travail avec David Shore, l’acteur est très reconnaissant, particulièrement envers son prédécesseur Hugh Laurie : “Je suis reconnaissant envers Hugh Laurie d’avoir été si bon, car il est anglais et s’il avait été mauvais, Dr House aurait été catastrophique et David Shore n’aurait certainement pas repris un anglais pour jouer son prochain personnage médecin (rires)“.

Après avoir répondu aux questions du public et s’être interrompu pour une selfie avec une fan, l’acteur a repris le train, laissant derrière lui un festival complètement sous le charme.

Sur le même sujet
Plus d'actualité