On a testé Uncut, le Netflix belge des cinéphiles

Envie d’un Audiard, d’un Ozu ou d’un Jarmusch ? On a testé pour vous Uncut, la nouvelle plateforme belge du cinéma indépendant.

© Unsplash

Marre d’errer sur Netflix à la recherche de la nouvelle série qui vous rendra accro ? La nouvelle plate-forme du cinéma d’auteur Uncut a de quoi séduire. S’adressant aux cinéphiles et arrivée sur le marché il y a trois mois (quatre ans après la tornade Netflix), cette plate-forme SVoD (vidéo à la demande et par abonnement) est née de l’initiative d’une quarantaine de distributeurs belges et travaille “main dans la main avec ses partenaires européens, notamment français, espagnols, portugais et bientôt allemands”, explique Maxime Lacour, directeur d’UniversCiné Belgium qui opère la gestion de la plateforme en ligne.

Contrairement à UniversCiné, les films visibles sur Uncut ne sont pas accessibles à la pièce mais sous forme d’abonnement, selon le modèle Netflix. Avec plus de 1.250 titres dont 65% européens (enrichis chaque semaine de sept nouveaux films soit une trentaine par mois), la plateforme se donne pour objectif 3.000 films disponibles et 10.000 abonnés d’ici fin 2019, et s’affiche déjà comme une belle réussite. “Notre but est de présenter ou de faire redécouvrir des cinéastes à travers une diversité de regards, qui va de Ken Loach à Frank Capra et qui n’est pas exclusivement européenne puisque nous sommes aussi tournés vers le cinéma asiatique, africain ou sud-américain”, poursuit Lacour.

Avec une entrée par profil (jeunesse ou adulte), l’offre éditoriale est appelée à s’enrichir par “curation” (qui pourra être confiée à la Cinematek, au Eye Film Institut des Pays Bas ou du Luxembourg) ou en fonction de l’actualité (Noël, Halloween, les festivals de Gand ou Namur) avec des cycles dédiés aux cinéastes.

Cinéma Paradiso

Alors que trouve-t-on en tapant au hasard des noms de cinéastes dans le catalogue ? Un paradis pour cinéphiles, avec une offre qui mêle des classiques (les premiers Chaplin, un Fellini, deux Ozu, quatre Bunuel, deux Welles – l’offre classique étant appelée à se muscler en 2019), du grand cinéma primé en festival (avec plusieurs Palmes d’or dont Amour et Le ruban blanc de Michael Haneke, Dheepan d’Audiard ou Winter Sleep de Nuri Bilge Ceylan), du grand cinéma d’auteur américain (James Gray, Jarmusch ou Cronenberg), canadien (Xavier Dolan), belge (les frères Dardenne, Joachim Lafosse, Bouli Lanners), européen contemporain (Maïwenn, Moretti, Lanthimos, Sciamma, Wenders…), sans compter une belle approche documentaire (avec une quinzaine de Frederick Wiseman, grand explorateur des institutions américaines).

Autre qualité : des continus intelligents avec des recherches par acteurs (trois Julianne Moore dont le sublime A Single Man), des classements par thème (bonheur, passion, psychanalyse ou même alcool – voir La part des anges de Ken Loach ou Tyrannosaur de Paddy Considine) donnant accès “à une mosaïque culturelle différente de la pratique hollywoodienne, en raison de la territorialité des droits en Europe qui est très particulière, d’où l’intérêt de notre ancrage local”, poursuit Lacour.

Une offre complémentaire

Le positionnement par rapport à la concurrence écrasante des GAFA (pour rappel, Netflix c’est 130 millions d’abonnés dans le monde) est clair : “En dehors des séries, Netflix propose surtout du cinéma nord-américain et diffuse seulement une dizaine de films européens sur les 12.000 films produits en Europe ces dix dernières années. Il y a une place à prendre pour accéder à une diversité cinématographique. Actuellement nous sommes la seule plate-forme belge non issue des opérateurs télécom à donner accès à du cinéma sur le net, sur tout le territoire belge et dans toute l’Europe, pourvu que vous ayez pris votre abonnement en Belgique”, termine Lacour.

Uncut se place donc dans un rapport complémentaire avec les grosses plates-formes comme Netflix, Amazon ou bientôt Disney, avec des films Premiums accessibles sur ordinateur, tablette ou smartphone et visibles nulle part ailleurs.

www.uncut.be. Formule d’abonnements mensuels à partir de 7,99 euros avec un premier mois d’essai gratuit.

Cet article est issu de notre magazine papier. Pour plus d’infos qui piquent, rendez-vous en librairie à partir de ce mercredi ou dès maintenant sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité