Roma : le séisme émotionnel d’Alfonso Cuarón

Lion d’or à la Mostra de Venise, la fresque mexicaine d’Alfonso Cuarón est un éblouissement cinématographique nommé aux Oscars dans dix catégories.

Roma © Prod

Disons-le d’emblée : c’est un film qui mérite d’être vu sur grand écran. Mais ironie de l’époque, c’est grâce à la plate-forme numérique que le cinéaste mexicain habitué des productions hollywoodiennes (Harry Potter 3, Gravity) a pu monter son film « comme il voulait » – en imposant une image 65mm d’un noir et blanc lumineux, et surtout un sujet intimiste centré autour d’une nounou native-mexicaine inspirée par la femme qui l’a élevé (interprétée par Yalitza Aparicio).

Quinze ans après le road-movie Y tu mama tambien, Alfonso Cuaron revient donc au Mexique pour une oeuvre autobiographique qui suit le destin d’une famille bourgeoise blanche du quartier Roma dans le Mexico des années 1970, et axe le récit sous le regard placide de Cleo qui se lève aux aurores, lessive les crottes de chien, trouve parfois le temps d’aller au cinéma avec son petit ami adepte des arts martiaux et se couche après après tout le monde parce que chacun de ses gestes est compté.

Portrait de femme déchirant, Roma se double du portrait d’une société mexicaine déjà très inégale marquée par la violence sociale, le racisme intégré des Blancs envers les indigènes, les inégalités hommes-femmes persistantes que Cuaron révèle à travers les désillusions mais aussi les luttes des deux « mères » du film – deux femmes que tout oppose mais que les épreuves de la vie vont aussi rapprocher. 

C’est aussi un somptueux travail d’exhumation cinématographique qui emprunte à Bergman sa célébration de l’enfance perdue (on pense à Fanny et Alexandre), dont certaines scènes vous écrasent de douleur et d’autres invitent à la renaissance. Du grand cinéma qui vous étreint tout entier dans un séisme émotionnel inouï. 

Sur Netflix depuis le 14 décembre.

Drame / Roma / Réalisé par Aflonso Cuaron. Avec Yalitza Aparicio, Marina de Tavira, Diego Cortina Autrey – 135’

Sur le même sujet
Plus d'actualité