Total succès pour le Gala des solidarités

Humour, musique et sens de la famille. C'est autour de ces trois axes que s'est articulée la soirée en faveur d'associations travaillant à l'aide des sans-abris.

solidarites

Bruxelles, hier, 22h50. Sur le trottoir qui longe le Théâtre Saint-Michel, il fait froid  et il fait noir. Lumière et température ne découragent pas ces  gamines (14-15 ans) qui chantent… « Tout, il faudrait tout oublier. Pour y croire, il faudrait tout oublier… Le spleen n’est plus à la mode, c’est pas compliqué d’être heureux... » Des fans d’Angèle qui, un peu plus tôt dans la soirée, a suivi sa mère – Laurence Bibot – elle-même annoncée par son fils – Roméo Elvis – sur la scène du Gala des solidarités, orchestré par Marka, mari de l’une et père des deux autres. Toute la famille Van Laeken (y compris Mamie Pilou, maman de Marka, installée au parterre) s’est donc retrouvée autour de cette bonne action en faveur de Médecins du monde et Infirmiers de rue, deux associatons qui viennent en aide aux sans-abris. Depuis quelques années, Marka dépense une énergie folle pour aider les sans domicile, estimant, comme il le rappelait hier en ouverture de la revue, que « les autorités publiques n’en font pas assez.« 

Avec Marka et sa smala, il y avait des amis – musiciens et humoristes – venus donner un coup de main pour dresser la table et mettre l’ambiance à l’heure du pousse-café. Et vu l’enthousiasme d’une salle Saint-Michel blindée jusqu’au plafond, ils y sont arrivés… Winter Woods – jeune groupe folk, Sarah Grosjean – jeune humoriste tout aussi folk. Elle est de Liège, le revendique et aime le faire entendre – d’une certaine manière, elle travaille à la défense d’un patrimoine.  Se sont succédés: Piano Club (gracieux comme à son habitude), Freddy Tougaux  (quelque part entre Mister Bean et Jacques Tati, mais avec un accent de La Louvière à couper au piolet), James Deano (qui a fait tourner les serviettes avec son tube de l’été Squatter les terrasses – si ça, c’est pas décalé un soir où on se caille les miches…)

Complices et à fond, les spectateurs ont chanté « Joyeux anniversaire » à Guillermo Guiz qui, pour les remercier, a tout déchiré avec un extrait de son stand-up hyper bien écrit. Suivront Roméo Elvis, Laurence Bibot et Angèle qui , seule au piano, a mis les poils à la salle en enchaînant Ta reine et Tout oublier, non sans s’excuser au préalable de la langue un peu verte de sa maman: « Ben, oui, c’est ma mère… »  Alex Vizorek a bouclé le chantier avec ce qui ressemble fort à un nouveau sketch à venir dans un nouveau spectacle… Enfin, tout ce petit monde s’est retrouvé sur scène pour chanter du Marka qui a déjà pris rendez-vous pour l’année prochaine au Cirque Royal – c’est lui qui l’a dit. Dehors, le spectacle continuait… Des jeunes filles en remettaient une couche avec leur propre version de Tout oublier.

Sur le même sujet
Plus d'actualité