Une secte satanique attaque Netflix en justice

Netflix remet les aventures de Sabrina la sorcière au gout du jour, mais pas de tout le monde. Une secte satanique attaque en justice la plateforme de vidéos.

©Netflix

Elle existe depuis 1962, mais on se souvient surtout d’elle dans les années 90 quand elle était la star de Sabrina, l’apprentie sorcière. Absente depuis presque 10 ans, Sabrina (interpretée par Kierkna Shipka) et ses sorcières de tantes reviennent dans une version revisitée à la sauce Netflix. À l’aube de son seizième anniversaire, Sabrina doit faire un choix : rester dans le monde des mortels ou plonger définitivement dans le monde de la sorcellerie. Mais pour y parvenir, elle doit passer par la case baptême et se soumettre à Satan. Un générique digne d’un film d’horreur pour une série plutôt destinée aux adolescents et réalisée Roberto Aguirre-Sacasa (Riverdale).

Sortie le 26 octobre, l’adaptation séduit globalement le public à l’exception de la secte américaine Satanic Temple. Dans une série de tweets, le co-fondateur de la secte satanique, Lucien Greaves, crie au plagiat et demande à Netflix de lui payer des droits d’auteur pour la statue de Baphomet qui apparaît à plusieurs reprises dans la série et qui appartiendrait à sa secte. Le porte-parole du groupe va plus loin en affirmant qu’utiliser sa statue pour une série revient à « utiliser pour une série de fiction une vraie mosquée comme QG d’une cellule terroriste » ou encore « un conte fictif sur une allégation antisémite impliquant des Juifs du monde réel« . Aucun abus.

            « Oui nous intentons une action en justice concernant #TheChillingAdventuresofSabrina qui s’approrie la conception de nos monuments protégés par un copyright pour promouvoir leur stupide petite fiction de panique satanique. »

Baphomet, l’idole née en 1856

Mi-bouc, mi-humain, la statue de bronze avait été présentée au public lors d’une soirée de juillet 2015 à Détroit aux États-Unis. À l’époque, elle avait déjà fait grand bruit et donné lieu à de houleux désaccords entre satanistes et évangélistes. Il est vrai que les Satanic Temple ont créé et financé la fameuse statue. Mais ce qui est également correct, c’est que les représentations imagées de l’idole Baphomet existent depuis le 19e siècle et sont parfaitement identiques au design de la statue. La nouvelle série aurait donc très bien pu s’en inspirer pour créer sa propre réplique.

La secte satanique n’en démord pas et maintient sa plainte contre Netflix. Lucien Greaves et les autres sympathisants satanistes comptent bien faire plier le géant de la vidéo à la demande. Ce sera aux tribunaux compétents de juger.

Sur le même sujet
Plus d'actualité