Le clip du jour : Marianne Faithfull, The Gypsie Faerie Queen

L’icône du London Sixties publie son nouvel album "Negative Capability" enregistré avec Nick Cave & The Bad Seeds. Une merveille.

marianne_faithfull33352

The Gypsy Faerie Queen, premier single extrait du nouvel album de Marianne Faithfull, « Negative Capability » s’inspire du Songe d’une nuit d’été de Shaekespeare. Il a été écrit avec Nick Cave qui chante et joue du piano. « C’est un petit miracle », dit Marianne Faithfull. « J’ai demandé à Nick s’il pourrait en écrire la musique et il m’a écrit pour me dire : Je suis vraiment très occupé. Je lui ai dit : Je comprends, désolée de t’avoir dérangé. Puis il m’a simplement écrit à nouveau : Merci infiniment de ta compréhension; voici la chanson. Elle est tout simplement magnifique. »

Testament musical

À septante et un ans, l’ex-Sister Morphine désormais installée à Paris se pose au crépuscule d’une vie intense et signe avec « Negative Capability » son testament musical. Sur ce 21e album solo, elle rend hommage à son amie disparue Anita Pallenberg (Born To Live), évoque l’attentat du Bataclan (They Come At Night) et, comme pour boucler la boucle, livre une version à cordes bouleversante d’As Tears Go By, toute première chanson écrite par le tandem Jagger/Richards qu’elle avait enregistrée à l’âge de dix-sept ans.

Pour ce chant du cygne conçu dans un manoir de la banlieue parisienne (le studio La Frette), Marianne Faithfull ne pouvait trouver meilleurs compagnons de veillée que Nick Cave & The Bad Seeds. Si Cave chante en duo sur The Gypsy Faerie Queen, son fidèle multinstrumentiste Warren Ellis est à la console son tandis que les “Mauvaises Graines” plantent un décor rock, baroque et crépusculaire aux chansons. Entre nouvelles compositions tendues (They Come At Night) et ballades au piano épurées (Don’t Go), Faithfull avoue sa solitude (Misunderstanding, No Moon In Paris), donne une nouvelle vie à Witches Song, titre extrait de son chef-d’œuvre “Broken English”, et chante Dylan comme personne sur un It’s All Over Now, Baby Blue.

Un album beau à pleurer qu’il faut ranger entre « American Recordings » de Johnny Cash, « You Want It Darker » de Leonard Cohen et « Blackstar » de Bowie.

Sur le même sujet
Plus d'actualité