Iris Apfel – Icône de la mode à 97 ans

Considérée comme une leçon de style ambulante, la New-Yorkaise raconte son dressing - et sa vie un peu froissée - dans une autobiographie qui klaxonne de couleurs et de bonne humeur. Inspirant.

belgaimage-97262533-full

Iris Apfel a commencé à collectionner les vêtements à l’âge de 12 ans. De ces jeunes années d’apprentissage en terre modeuse, elle a gardé le conseil de sa mère: ne jamais sombrer dans le « tout coordonné ». Et elle a bien retenu la leçon. Celle qu’on surnomme la ceinture noire de la mode ne coordonne jamais rien, mais tout va toujours avec tout. La femme la plus accessoirisée au monde – ses bracelets, ses lunettes et ses colliers pèsent lourd dans la construction de sa silhouette et « minimalisme » est un gros mot dans son univers.

Un monde à la limite du féérique qui, alors qu’elle atteint doucement la rive des 97 ans, continue d’inspirer les fantasmes, mais aussi les marques dont elle est l’égérie (Citroën, Mac, Mattel qui a imaginé une Barbie à son effigicie,  les musées qui lui consacrent des expositions et même les cinéastes – Albert Maysles, réalisateur du fameux Gimme Shelter sur les Rolling Stones, lui ayant consacré un documentaire – Iris, à voir sur Netflix.  
Silhouette devenue personnage, idole de la jeune génération à qui elle livre, ici et là, ses secrets de jouvence (« Pour rester jeune, il faut penser jeune »), Iris Apfel se livre dans une magnifique et délirante autobiographie illustrée – Iris Appfe. Icône malgré moi – un livre qui se déploie tout en couleurs et sensations toniques.

Le livre raconte l’histoire d’un dressing (l’un des plus célèbres au monde), même si derrière le récit de la garde-robes, on trouve une aventure humaine. Celle d’une femme qui a traversé presque un siècle, la tête haute, la tenue impeccable et la liberté en bandoulière. Si on connaît bien les images d’Iris aujourdhui (son profil est reconnaissable dans le noir), on savoure les photos d’avant la notoriété médiatique – photos vintage où l’on croit reconnaître cette tante qui ne se présentait jamais à la moindre fête de famille sans être, au pire, tirée à quatre épingles, au mieux, somptueuse. Et qui, dans les deux cas, en jetait. De cette icône accidentelle (elle a commencé sa carrière dans la décoration d’intérieure), on essaiera de suivre son enseignement sur l’humour, le style, l’ouverture d’esprit (c’est déjà pas mal) et quelques conseils définitifs. Exemple: « Si vous êtes bien coiffé et que vous portez de belles chaussures, vous pouvez tout vous permettre.« 

Iris Apfel – Icône malgré moi, éditions Michel Lafon, 174 p.

Plus d'actualité