Todiefor, la cool attitude

Du haut de ses 24 ans, le DJ producteur bruxellois s’impose comme la révélation électro de l’année. Portrait avant son concert au Brussels Summer Festival le 18 août.

Todiefor, la cool attitude

Sourire aux lèvres, joie de vivre, humilité, simplicité… Dans la vie de tous les jours, Luca Pecoraro, alias Todiefor, est tel que nous l’imaginions. Et du coup, lorsqu’il nous accueille dans les bureaux bruxellois de Back In The Dayz, l’agence de management qui gère les destinées de quasi toute la nouvelle scène urbaine belge, c’est toute la “positive attitude” véhiculée dans ses chansons générationnelles (Beautiful, Jump On This, Cool Kids, Forever Young) qui se matérialise sous nos yeux.

En quelques phrases courtes, le dj/producteur de vingt-quatre ans nous résume son bonheur. ”Je suis booké dans tous les gros festivals cet été. Je viens d’acheter un appartement près de la gare du Midi où j’emménage avec ma copine. J’ai des tas de collaborations sur le feu, un nouvel EP qui sort cet automne et, le 27 octobre, je donne le premier concert en salle sous mon propre nom à l’Ancienne Belgique. Oui, je suis un mec 100 % heureux”, s’enthousiasme-t-il.

Souvenirs de Werchter

Même explosion de joie quand Todiefor évoque sa prestation du samedi 7 juillet dernier à Rock Werchter. Soit 35 minutes en plein soleil et en lever de rideau sur la scène The Slope. “Rock Werchter, je n’osais même pas en rêver. C’est comme si j’avais reçu un ticket gratuit pour m’éclater. J’ai donné des interviews à des médias flamands, fait mon set et, ensuite, je suis allé voir des concerts avec mes potes, bière à la main. Trop chouette”. Il reconnaît pourtant que c’est beaucoup de stress. “Mon truc à moi, c’est le studio et le travail en solitaire.  C’est bizarre de se retrouver sur scène devant plein de monde. Je dois me préparer et me conditionner. Je ne suis pas encore habitué.”

Todiefor © Prod

Électro et pop

Cela va faire bientôt cinq ans que Luca a arrêté ses études pour se consacrer entièrement à sa passion. “J’ai commencé à faire des sons chez moi sur mon laptop. Je les balançais ensuite sur Soundcloud. Au début, je proposais essentiellement une musique de club, des trucs à plus de 100 BPM assez minimalistes. Peu de notes, tout dans l’intensité. Quelqu’un a riposté un de mes morceaux sur YouTube et j’ai dépassé les sept millions de vues. C’est à ce moment que j’ai rencontré Max Méli de Back In The Dayz. Il m’a proposé d’intégrer sa structure de management et tout s’est accéléré.”

Après la house, le dubstep et le trap, Luca créée des compositions plus mélodiques, contacte des vocalistes et ajoute des instruments organiques (guitares, piano) à ses sons électroniques. Un choix critiqué par ses premiers followers mais qui s’avère judicieux. Boosté par la voix de la chanteuse roumaine Helen (“rencontrée sur Internet”), le très pop Beautiful lui vaut son premier tube radio. Enregistrée avec les rappeurs Caballero & JeanJass (également managés par Back In The Dayz), la chanson Cool Kids lui attire ensuite les faveurs du public urbain. “Cool Kids” est aussi le titre de son dernier EP sur lequel il élargit encore son champ d’investigation, notamment sur le mélancolique Bad Love. “En 2018, un artiste peut faire ce qu’il veut sans se laisser enfermer dans les cases. Comme beaucoup de jeunes, je n’écoute plus d’album en entier. Je me fais des playlists en picorant à gauche et à droite. Je suis la même démarche quand je crée ma musique. Je me laisse guider par les inspirations du moment.”

Horaire de grand-père

Parallèlement à sa carrière solo, Todiefor multiplie les collaborations extérieures tant en France, qu’en Belgique avec, notamment, La Smala ou blackwave. Et quand il ne bosse pas? “Je vis comme un grand-père, loin de l’image qu’on a habituellement du dj. Quand je suis à Bruxelles, je ne sors jamais. Je reste à la maison avec ma copine, je n’écoute pas de musique, je me lève tôt, me couche tôt et je regarde Netflix (le documentaire Avicii True Stories l’a particulièrement interpellé).”

Le 18/8 au BSF, Bruxelles. Le 25/8, Les Solidarités, Namur. Le 27/10, Ancienne Belgique, Bruxelles.

Plus d'actualité