Sage : Le secret le mieux gardé de la french pop

Après avoir réalisé l’album de Clara Luciani, Ambroise Willaume ouvre son cœur sur "Paint Myself". Un deuxième solo qu’il présente ce 15 août au BSF.

Sage © Prod

Échappé du groupe Revolver (deux albums et des espoirs déçus), Sage, Ambroise Willaume à la ville, publie en 2016 “Sage”, premier disque solo baigné d’électro minimaliste. Sur “Paint Myself”, il se réconcilie avec son passé, renouant avec une pop intemporelle, de subtiles harmonies vocales et des refrains sereins écrits au piano et/ou à la guitare. “Je souhaitais revenir à quelque chose de plus fondamental et de spontané, explique cet orfèvre pop à qui l’on doit la réalisation du magnifique “Sainte Victoire” de Clara Luciani. J’ai tout enregistré en huis clos dans mon appartement situé au pied de la butte Montmartre sans être fétichiste de mes chansons. Si une maquette me plaisait, je ne changeais quasi plus rien.”

Amboise lâche prise et réussit un joli disque sans gros moyens mais avec un grand cœur. Des titres comme Most Anything ou Only Love, que n’auraient pas renié Great Mountain Fire, nous emmènent dans les seventies sous le soleil californien.  Nothing Left Behind marie folk moderne et électro tandis qu’Us Again est sublimé par le saxophone de Thomas De Porquery, un des rares instruments, avec la batterie, dont Sage ne joue pas sur ce disque. Oui, la voix féminine qui s’incruste avec grâce dans les chœur sur une poignée de titres est bien celle de Clara Luciani.  Un beau cadeau d’été.

Le 15/8, Brussels Summer Festival, Bruxelles.

Plus d'actualité